Qui est Zuhal Demir, notre nouvelle secrétaire d'État?

© belga.

"Nous nous sommes demandé qui pouvait le mieux porter notre propos en matière d'Égalité des chances. Notre propos selon lequel les gens reçoivent des opportunités mais doivent aussi les saisir", a commenté le président de la N-VA Bart De Wever jeudi soir, après que la députée Zuhal Demir a été approuvée par le parti à la succession d'Elke Sleurs comme secrétaire d'État à la Lutte contre la pauvreté, à l'Égalité des chances, aux Personnes handicapées et à la Politique scientifique, chargée des Grandes villes.

"Quand l'économie grimpe, tout le monde grimpe aussi, c'est cela que nous voulons raconter", a développé le poids lourd anversois du parti nationaliste. "La discrimination existe, mais l'on ne doit pas se complaire dans une culture de la victimisation. Une grande majorité, au sein du parti, pense que Zuhal Demir peut encore faire passer ce message de manière convaincante, en 2,5 ans".

Le bourgmestre d'Anvers ne partage pas l'idée selon laquelle Elke Sleurs était peut-être trop restée dans l'ombre, dans son rôle de secrétaire d'Etat. "Je pense que Zuhal sait s'adresser aux médias, c'est un atout", précise-t-il toutefois. Quant aux mésaventures Publipart et aux déballages des cumuls, qui ont fini par éclabousser le parti flamand, son président reconnait que la formation a été malmenée. "Cela devra être réparé. Par le parti, mais aussi par le politique".

Famille turco-kurde à Genk
"Je crois vraiment aux chances que l'on reçoit ici. Je les ai saisies, et c'est là-dessus que nous devons insister", a déclaré Zuhal Demir, 36 ans, jeudi soir. Elle prêtera serment ce vendredi matin. L'élue N-VA a grandi dans une famille turco-kurde, à Genk. Elle a tenu, après l'annonce du choix de sa personne pour succéder à Elke Sleurs, à remercier ses parents. "Mon père est venu travailler dans le Limbourg dans les années 70. Il a toujours dit: 'ici, tu reçois ta chance, et je veux que vous aussi vous la saisissiez'", a raconté la politicienne.

Zuhal Demir a demandé à bénéficier de 20 jours pour se plonger dans les dossiers laissés par Elke Sleurs. Elle s'attend ensuite à une collaboration efficace avec les autres membres du gouvernement, y compris le ministre CD&V Kris Peeters, qu'elle avait surnommé récemment la "nouvelle Madame Non". 

"Je travaille très bien avec lui, au parlement. (...) Nous allons examiner ensemble, désormais, comment nous pourrions écarter les obstacles freinant l'accès au marché de l'emploi". 

Séance photo controversée
La députée avait fait le bonheur de la presse en se laissant photographier en 2015 en tenue suggestive dans les travées de la Chambre, pour l'hebdomadaire flamand P-Magazine. La séance photo avait bien entendu fait grand bruit, également parmi les parlementaires. 

En octobre 2015, la jeune femme avait fait une sortie virulente contre les syndicats, après une grève qui avait été liée à deux décès, à Liège, entre autres celui d'une femme dont le chirurgien était resté coincé dans les embouteillages provoqués. 

Elle a été fort critiquée début 2016 pour sa participation à une émission télévisée de la chaîne flamande Vier, "Terug naar eigen land", qui a entrainé son absence du parlement durant deux semaines alors que la N-VA avait par le passé pointé du doigt les autres parlementaires en vadrouille pour raisons "médiatiques".

De retour à Genk depuis l'an dernier, Zuhal Demir ne souhaite pas se prononcer sur une éventuelle candidature au mayorat de la ville limbourgeoise. "Chaque chose en son temps. Je vais le plus rapidement possible me plonger dans mon rôle de secrétaire d'Etat", avance-t-elle prudemment. Bart De Wever a d'ailleurs encore souligné qu'elle avait déménagé récemment d'Anvers à Genk pour des raisons familiales et non politiques.

© belga.
© belga.

Par: rédaction 24/02/17 - 06h06