Rebondissement dans l'affaire Sofie Muylle: un ADN retrouvé sur le corps

© Dr..

Trois mois après le meurtre de Sofie Muylle sur une plage à Knokke, l'enquête connaît une avancée majeure. Une trace ADN a pu être détectée sur le bras de la jeune femme, tuée par asphyxie dans la nuit du 21 au 22 janvier dernier après une sortie nocturne avec son copain.

Pour l'instant, les enquêteurs ignorent si le profil génétique retrouvé sur le corps de la victime correspond à du sang, de la salive ou autre chose. Quinze personnes citées dans le dossier ont été invitées à effectuer un prélèvement ADN mais aucun n'a "matché", révèle Het Nieuwsblad. Malgré tout, les policiers sont persuadés que le profil génétique est celui du meurtrier de Sofie.

Le suspect principal dans cette affaire reste "l'homme à la veste bleue", qui ne s'est toujours pas manifesté auprès de la police. L'individu a traîné pendant 7 heures autour du corps de Sofie après les faits et son comportement très étrange intrigue fortement les enquêteurs. L'homme avait été aperçu pour la dernière fois à 14h.

4.000 contacts dans son téléphone portable
Dans tous les cas, ce nouveau rebondissement devrait donner un coup d'accélérateur à l'enquête, qui s'enlisait depuis quelques temps déjà. Les enquêteurs tentent désormais de déterminer avec qui la jeune femme a eu des contacts les derniers jours et les dernières heures avant sa mort. Au total, plus de 4.000 contacts figurent dans son gsm, dont des personnes d'Italie, d'Albanie ou de Russie. Selon l'une des hypothèses privilégiées, il n'est pas impossible qu'elle menait une double vie et qu'elle ait donné rendez-vous à quelqu'un, peut-être un ressortissant étranger, ce soir-là.

Le parquet de Bruges confirme qu'une trace ADN a bien été retrouvée sur le corps mais se refuse à tout commentaire pour l'instant.

Michaël Bouche 21/04/17 - 11h41