"La vénalité de De Decker, c'est tout le MR qui est en train de la payer "

© photo news.

Armand De Decker a utilisé sa double casquette d'avocat et d'ancien président du Sénat à des fins personnelles, et "la vénalité de De Decker, c'est tout le MR qui est en train de la payer", affirme lundi dans La Libre le député MR David Clarinval, membre de la commission Kazakhgate chargée de faire la lumière sur les circonstances qui ont mené à l'adoption de la loi sur la transaction pénale en 2011.

Armand De Decker a utilisé sa double casquette (d'avocat et d'ancien président du Sénat) à des fins personnelles, il l'a utilisée pour avoir accès à des personnes qu'il n'aurait pas pu voir en tant que 'simple' avocat", estime le député libéral, pour qui le Ucclois, qui a démissionné ce week-end de son poste de bourgmestre, a commis "au minimum une faute déontologique, peut-être plus". "La vénalité de De Decker, c'est tout le MR qui est en train de la payer. Le MR paie une faute personnelle, pas politique", poursuit David Clarinval. "Le Kazakhgate, c'est plutôt un 'De Deckergate', très clairement."

"Reynders en ligne de mire"
Pour David Clarinval, le président de la commission d'enquête sur le Kazakhgate, le socialiste flamand Dirk Van der Maelen, et le député Ecolo Georges Gilkinet ont tous deux un agenda caché anti-MR. Dirk Van der Maelen "a Didier Reynders (le ministre des Affaires étrangères) en ligne de mire", affirme-t-il. Quant à Georges Gilkinet, "c'est beaucoup plus évident: il utilise le Kazakhgate pour salir le MR". "On voit bien qu'il est dans un trip 'théorie du complot'", estime encore David Clarinval.

Par: rédaction 19/06/17 - 10h28