Di Antonio veut "une plus grande transparence" au sein des abattoirs

© photo news.

"Une plus grande transparence au sein des abattoirs est souhaitable afin de garantir le respect du bien-être animal. Cette transparence se fera également au bénéfice d'un secteur souvent éclaboussé par des témoignages à charge", a réagi, mardi, le ministre wallon en charge du bien-être animal, Carlo Di Antonio. Ce dernier a par ailleurs "salué" la décision de son homologue flamand Ben Weyts, qui a fermé l'abattoir d'Izegem après la diffusion d'images de maltraitances animales tournées par l'association "Animal Rights".

Selon le ministre régional, un travailleur de l'abattoir aurait contribué à l'installation de caméras cachées permettant l'enregistrement de nombreuses heures d'images. "En Wallonie, certains abattoirs ont déjà placé d'initiative leur propre système de caméras de surveillance", une démarche encouragée par le ministre qui rappelle par ailleurs "que la réglementation en ce qui concerne le bien-être et la surveillance des animaux au sein des abattoirs est en cours de modification afin de généraliser la mesure à l'ensemble des abattoirs wallons".

Des discussions sont également menées avec la Fédération Belge de la Viande (FEBEV) afin de mettre en place ce mécanisme de vidéo-surveillance, a poursuivi le ministre.

L'AFSCA pointée du doigt
Son homologue flamand, lui, pointe du doigt l'AFSCA, dont les contrôles dans les abattoirs s'attachent principalement à la sécurité de la chaîne alimentaire en laissant de côté le bien-être animal. Ben Weyts envisage dès lors de faire passer la totalité des contrôles dans le giron de son inspection du bien-être animal.

Par: rédaction 12/09/17 - 15h58