Alfred Gadenne, le "bourgmestre des morts"

© NoTélé.

Alfred Gadenne, le bourgmestre de Mouscron, sera enterré samedi dans le cimetière de Luingne qu'il ouvrait et fermait tous les jours, sans exception. Il y a été retrouvé égorgé lundi dernier.

Alfred Gadenne a trouvé la mort en service pour sa communauté. Le méconnu bourgmestre de Mouscron a été assassiné lundi soir dans un lieu qu'il fréquentait tous les jours, aux heures d'ouverture et de fermeture.

L'annonce de sa mort brutale et sauvage a entraîné son lot de questions, dont celle relative à sa tâche "d'ouvreur" du cimetière d'un village de 4.000 âmes situé en périphérie de la cité hurlue. Une fonction loin de ses attributions de premier homme de la neuvième ville wallonne et effectuée sans jeton de présence.

Par tous les temps, 365 jours par an
Comme le révèle un portrait datant de 2011 de Notélé, la télévision régionale de Wallonie Picarde, exhumé au lendemain de sa mort, Alfred Gadenne s'attelait à déverrouiller le cadenas "préhistorique" de la grille en fer forgé qu'il n'ouvrait qu'à moitié, dès 8 heures du matin, avant de traverser ce cimetière de part en part pour aller libérer l'accès opposé.

Un itinéraire parcouru en changeant parfois d'allées ("pour saluer l'un ou l'autre trop tôt disparu"), accompli par tous les temps, week-end et jours féries, 365 jours par an. "Sauf quand je suis parti exceptionnellement 2 jours à un mariage et une de mes voisines m'a remplacée deux jours. Et je l'en remercie", glissait-il au micro de son interlocuteur.

Tour de France
"Je le fais parce que j'aime bien mon cimetière entre guillemets. Parce que c'est ici que ma famille (est enterrée). Je connais tout le monde dans ce cimetière. Le pensionné qui le faisait est malheureusement décédé, il n'y avait plus personne et comme je suis un des voisins les plus proches, c'est avec plaisir que je le fais".

Dans ce reportage triste comme un jour de Toussaint, Alfred Gadenne déambule et s'arrête devant la tombe de ses parents, grands-parents, arrières grands-parents. S'y trouve également son frère, décédé à 23 ans d'un cancer, ou encore un couple d'amis, mort dans un accident de voiture. "Ils ont été enterrés le même jour. Pour la famille, ça a été horrible: perdre papa et maman le même jour. (Un) accident de voiture très connu dans le village".  

Des personnalités dont la célébrité a dépassé les étroites limites de Luingne y reposent également. Comme Omer Huyse, vainqueur, en 1924, de la plus longue étape de l'histoire du Tour de France, entre Les Sables-d'Olonne - Bayonne. 486 km parcourus en 19h40 qui inspireront à Albert Londres, présent pour l'occasion, l'expression "forçats de la route".

Résistant
À sa manière, Alfred Gadenne, lui aussi, était un forçat de travail. Et un résistant. Surtout lorsque le nouveau décret cimetière impose la suppression des tombes des parcelles communes, loin des notables de la prisée allée centrale.

"Pendant 24 ans échevin des travaux, je me suis occupé des cimetières pendant très longtemps. Mais le cimetière de Luingne, ils ne peuvent pas y toucher. J'y tiens beaucoup. Il ne faut pas enlever pour le plaisir d'enlever. Sans doute à l'avenir, ils vont sabrer (sic) là-dedans, mais, ce sera après moi. Moi j'assume, j'ai un respect des gens, (...) par exemple, des familles que je connais très bien sont très fières qu'on les ait gardées ici. Elles avaient sans doute très peu de moyens, et je ne vois pas pourquoi, parce qu'elles n'ont pas d'argent, il faudrait les enlever. Ici, à Luingne, on a beaucoup de place. Pourquoi tout enlever?".

"L'enfant du pays décédé"
Se pose alors la question de sa dernière demeure. "Normalement, ce sera mon cimetière. J'espère le plus tard possible. Tout le monde vous dira ça, c'est normal que je sois enterré ici. J'ignore si ce sera dans l'allée centrale, c'est un beau débat. Je n'ai pas encore décidé où je serai, mais sans doute existera-t-il un emplacement réservé au bourgmestre, l'enfant du pays décédé. Mais ce ne sera pas à moi de le décider."

Samedi, Luingne saluera une dernière fois "l'enfant du pays" dans ce petit cimetière où se réuniront bon nombre de "Cleugnottes". D'ici-bas et de l'au-delà. Alfred Gadenne les connaissaient tous, lui qui s'autoproclamait bourgmestre des morts. "Il y en a sans doute beaucoup qui ont voté pour moi à l'époque", affirmait-il, sourire en coin. Reste à trouver qui, désormais, lui succédera pour ouvrir et fermer ce sanctuaire maudit.

© photo news.
© photo news.
© photo news.

Loïc STRUYS 13/09/17 - 16h24