C'est "une vision romantique" de croire que les petits abattoirs sont mieux

© photo news.

Le ministre flamand du Bien-Etre animal, Ben Weyt (N-VA), a opposé mercredi une fin de non-recevoir à la demande de l'organisation de défense des animaux GAIA d'imposer pour chaque abattoir en Flandre un quota d'animaux d'animaux pouvant être abattus.

"Il n'y a pas de relation directe entre la taille des abattoirs et le bien-être des animaux", a-t-il affirmé dans un communiqué.

"Cela peut ne pas correspondre à la notion romantique que l'abattage dans de petites entreprises est abattu, c'est mieux pour le bien-être animal", a ajouté M. Weyts (N-VA).

Selon lui, les contrôles sont plus difficiles sur les petits abattoirs que sur les grands.

Le ministre avait ordonné mardi la fermeture de l'abattoir d'Izegem (Flandre occidentale), mis en cause pour le mauvais traitement qu'il réserve aux animaux.

L'organisation Animal Rights a transmis à la presse une vidéo compilant des images filmées du 17 au 31 juillet derniers dans l'abattoir Verbist. On peut notamment y voir des bovins recevoir des coups et des chocs électriques, et d'autres suspendus et égorgés, suivant le procédé normal d'un abattoir. Toutefois, certains semblent encore partiellement ou totalement conscients au moment de l'égorgement, n'ayant pas été correctement étourdis, selon l'organisation.

Mercredi, GAIA a demandé au ministre de dépêcher immédiatement des équipes d'inspection dans les autres abattoirs du groupe Verbist, qui exploite notamment celui d'Izegem, dont celui de Zottegem (Flandre orientale) "à la mauvaise réputation".

Selon son cabinet, M. Weyts a donné comme instruction de contrôler cet abattoir.

Par: rédaction 13/09/17 - 17h03