Deux "returnees" belges et leurs enfants détenus dans un centre en Turquie

© belga.

Deux adultes belges et leurs enfants ont été placés dans un centre de détention en Turquie, alors qu'ils avaient emprunté le chemin, du retour depuis la Syrie. Ils attendent une décision sur leur extradition vers la Belgique, a affirmé le ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA) à une question écrite de la députée CD&V, Veli Yüksel. Depuis le début de l'année, cinq ressortissants belges ont été admis en centre de détention. Trois d'entre eux ont déjà été extradés vers le Royaume.

Depuis 2012, 450 personnes ont quitté la Belgique pour la Syrie ou l'Irak dans le but de lutter aux côtés de l'Etat Islamique ou pour vivre au coeur du califat. Après la perte de centres stratégiques par l'EI, de nombreux combattants terroristes étrangers, repris sous le label de "Foreign Terrorist Fighters" (FTF), risquent de s'en retourner vers leur pays d'origine.

La Turquie a érigé un centre de détention à sa frontière avec la Syrie. Elle y place en détention les personnes de nationalité étrangère en vue de leur extradition. Cette année, cinq Belges, dont certains accompagnés de leurs enfants, y ont séjourné. Trois d'entre eux ont été extradés vers la Belgique. Une femme dont le nom figure également sur la liste des FTF a été extradée vers l'Egypte car son permis de séjour lui a été retiré après son départ de la Belgique.

En principe, chaque ressortissant belge, ainsi que ses proches, peuvent revenir au pays. "Maintenant que de nombreux Foreign Terrorist Fighters veulent revenir, nous devons veiller à coordonner cela, ce qui requiert également des efforts à l'étranger", a affirmé la députée CD&V dans sa question au ministre.

Jan Jambon lui a indiqué à ce propos que la Belgique avait récemment établi en Turquie un 'preclearance hotspot', un point de contact duquel on tente d'obtenir les informations nécessaires sur les extraditions programmées depuis la Turquie. On y tente aussi d'évaluer les dossiers individuels avec la police belge et les services de sécurité pour préparer le retour et prévoir la suite adéquate à y donner.

Par: rédaction 14/11/17 - 19h35