La KUL n'aidera plus les interrogatoires de la police israélienne

© photo news.

Le nouveau recteur de la KUL, l'université catholique de Louvain (Leuven), a indiqué ne pas souhaiter que la collaboration de chercheurs de l'université avec la police israélienne ne se poursuive au-delà du controversé projet Law-Train, qui devrait prendre fin en avril.

Ce projet en cours, sur les techniques d'interrogation, sera bien mené à terme, mais la KUL ne prendra pas part à un éventuel suivi, précise Luc Sels sur un blog de l'université. "La participation du Ministry of Public Security israélien pose en effet un problème éthique, vu le rôle joué par ce bras du gouvernement israélien dans l'application d'une occupation irrégulière de territoires palestiniens et dans l'oppression subie par la population palestinienne qui y est assortie", écrit le recteur. "Je trouverais donc l'introduction de projets de suivi, avec un consortium identique, inopportune."

Un retrait immédiat des chercheurs louvanistes n'est cependant pas envisageable, d'autant plus qu'ils contribuent à veiller à une application correcte des droits humains dans le projet en cours, est-il indiqué. La réputation de la KUL, en tant que partenaire fiable, est aussi en jeu, souligne le recteur.

Pour éviter de telles discussions à l'avenir, il plaide pour l'instauration d'une charte des droits de l'homme. Une telle charte devrait servir de fil rouge quant aux projets à considérer, sur la base de critères les plus objectifs ou objectivables possible. "Je vais proposer aux quatre autres recteurs flamands, au niveau du Conseil interuniversitaire flamand, de faire développer une telle charte, par des experts des cinq universités", ajoute le recteur.

Le Leuvense Actiegroep Palestine ("groupe d'action louvaniste Palestine"), qui avait organisé différentes actions de protestation contre la participation de la KUL au projet Law-Train, a salué la réaction de Luc Sels, se réjouissant de l'annonce d'une charte des droits humaines et promettant de continuer de suivre la situation.

Par: rédaction 7/12/17 - 08h43