Lourdement condamné pour avoir roulé à 250 km/h sur le ring de Bruxelles

Un pirate de la route qui s'amusait à publier les vidéos de ses "exploits" sur les réseaux sociaux a été très lourdement condamné. Le jeune homme de 23 ans, originaire de Jette, s'est vu retirer son permis de conduire pour les cinq prochaines années, en plus de devoir repasser toute une série d'examens.

Mike C. se faisait appeler Vsix Mike sur les réseaux sociaux. Fin 2016, il avait fait parler de lui à cause de ses vidéos extravagantes où il roulait à vive allure dans les rues de Bruxelles. Le 6 décembre 2016, il a emprunté l'Audi A7 de son père pour foncer à pleine vitesse sur le ring de Bruxelles, entre Leeuw Saint-Pierre et Ruisbroek. Son compteur affichait 249 km/h en vitesse de pointe.

Le lendemain, il avait publié sur sa page Facebook les images de son rodéo. Remarquées par les médias, les images sont ensuite arrivées jusqu'aux oreilles de la police. La parquet avait alors décidé de mener une enquête.

Finalement, l'identité du conducteur avait pu être confirmée. Quatorze inculpations ont été retenues à l'encontre de Mike C., toutes liées à un comportement dangereux sur la route.

"Je n'ai pas pensé aux conséquences"
L'homme a comparu fin janvier devant le tribunal, assure Het Nieuwsblad. "Mon comportement était dangereux et irresponsable", a-t-il affirmé devant le juge. "Je n'ai pas pensé aux conséquences."

Pour l'ensemble de son oeuvre, le procureur avait demandé deux mois de retrait de permis, avec pour condition qu'il repasse ses examens théoriques et pratiques. Il réclamait également que la voiture saisie soit confisquée.

Le juge a finalement estimé que le chauffard, qui n'en était pas à son coup d'essai, devait se voir retirer son permis pour cinq ans. Le jeune homme devra également travailler 150 heures dans un centre de revalidation pour les accidentés de la route. Et il devra aussi passer des examens théoriques et psychologiques.

Le père de Mike C., à qui appartenait le véhicule, a également été condamné à payer une amende de 1.000 euros. La voiture avait été tellement customisée qu'il n'était même plus assuré et en défaut de contrôle technique.

Par: rédaction 13/02/18 - 13h06