Un clown tue son ex devant ses enfants avec qui il n'avait "pas d'atomes crochus"

© VTM.

"J'étais un cliniclown, je suis devenu un crimiclown": voilà comment aurait réagi Kevin, 31 ans, l'homme qui a tué une mère de famille en présence de ses enfants avec un complice chanteur de tyrolienne, Dietwin H., 38 ans. Il aurait agi par vengeance contre son ex-compagne et les enfants de celle-ci, trois adolescents. S'en est ensuivie une arrestation aussi pénible que théâtrale, à Bredene.

Il avait été meilleur clown du Benelux et avait rendu le sourire à des centaines d'enfants malades devant qui il jouait "Docteur Aspirine" à l'hôpital, mais Kevin L., trentenaire originaire d'Ostende, a été le protagoniste principal d'un scénario digne d'un film d'horreur dans la nuit de dimanche à lundi. 

Vidéo de leurs actes et de la terreur des enfants
Le clown de profession venait de rompre avec sa compagne, Caroline D., 47 ans et mère de trois enfants âgés de 12, 15 et 17 ans. Entre le clown et les adolescents, le courant ne passait absolument pas, ce qui a provoqué moult tensions et a poussé la quadragénaire à se séparer de Kevin L. voilà quelques semaines. L'homme répétait à l'envi ne pas avoir d'atomes crochus avec ses beaux-enfants, mais la rupture l'a fait sortir de ses gonds, au point d'échafauder un plan lugubre pour se venger.

Dans la nuit de dimanche à lundi, Kevin L. s'est introduit par la force au domicile de Caroline D. à Oudenburg en compagnie d'un complice, Dietwin H. Les deux suspects ont ligoté les adolescents à l'étage et les ont forcé à regarder comment ils assassinaient leur mère à l'aide d'un couteau. Les auteurs auraient même filmé leurs actes et auraient torturé les adolescents psychologiquement, selon le père des victimes.

Lundi vers midi, les secours ont pénétré l'habitation et ont retrouvé le corps sans vie de la quadragénaire dans son garage. A l'étage, les adolescents indemnes mais terriblement choqués ont été retrouvés toujours entravés par des liens depuis leur nuit d'horreur. Libérés par la police, ils ont été pris en charge par l'aide aux victimes.  "Je ne peux pas en dire beaucoup plus sur ce qui s'est passé", a commenté le père des enfants de la victime. "C'est bien trop abominable, certainement pour mes enfants. Toute l'attention et tous les soins doivent être centrés sur eux désormais".

"Allez chez elle mais avec une ambulance"
Mais le jeu macabre des auteurs ne s'est pas arrêté là. Après avoir abandonné le fils et les filles de Caroline D., le duo a joué un jeu déroutant avec la police. Lundi avant midi, les suspects ont contacté un huissier, lui demandant de se rendre au domicile de leur victime. Ils ajoutent, sans précision, qu'il vaut mieux appeler une ambulance. Après cet appel, les routes du clown et du chanteur de yodel se séparent. Kevin L roule vers Bredene. Il gravit les 13 étages d'un immeuble appartements où il a résidé un jour. Il s'installe sur le toit de l'immeuble. La police le localise rapidement, sans doute grâce à lui d'ailleurs, et il se jouera des agents durant des heures au milieu d'un quartier bouclé. 

L'homme agite son pistolet, indique aux policiers comment le rejoindre, mime une reddition pour finalement tirer en l'air, effrayer tout le quartier et ordonner à tous de fuir sur le champ, sous menace de son arme. Les témoins n'en doutent pas: l'homme profitait pleinement d'être au centre d'un pur spectacle. L'après-midi sera confuse et rythmée de jeux malsains. Kevin L. s'agite sur le rebord du toit, fait semblant de sauter, se joue de la police, encore et toujours, puis se couche sur le sol. Il remarque du matériel de réparation du toit, se saisit d'une bonbonne de gaz et la lance 13 étages plus bas. Heureusement, le périmètre était sécurisé et les forces de l'ordre se tenaient à distance raisonnable du projectile qui n'a pas fait de blessé. 

Live Facebook
Élément qui confirme la folie du suspect: celui-ci a cherché à faire de ses actes un spectacle accessible à tous, filmant la scène et la diffusant en live sur son profil Facebook. Finalement, le meurtrier présumé a jeté son arme depuis le toit. C'est à ce moment que la brigade d'intervention est allée le maîtriser et l'interpeller enfin, après pas moins de cinq heures de négociations vaines avec le clown dérangé. Autre preuve de sa quête de célébrité: il se serait vanté auprès des enfants, durant l'exécution de leur mère, d'être passé de "cliniclown à crimiclown" et qu'il allait "enfin connaître la notoriété", écrit Het Nieuwsblad. Il se réfère certainement à une série flamande à grand succès intitulée "Crimiclowns" et dans laquelle une bande d'amis clowns et leur entourage se livrent à toutes sortes de crimes, perversions et exactions filmés par le fils de l'un d'entre eux.

Le complice de Kevin L., Dietwin H., avait quant à lui fui vers Gand où il exerce la profession de chauffeur de taxi, ses revenus de chanteur de yodel ne lui permettant pas de survenir à ses besoins. Il est arrêté à Melle plus tard dans la journée, dans des circonstances troubles. Si la police estime qu'il est coauteur de l'assassinat, il a joué un autre jeu sur les réseaux sociaux, partageant et commentant le triste spectacle vidéo de son ami à Bredene. Il en aurait suivi l'intégralité, écrivant notamment à nos collègues de hln.be: "Shit man, je n'en reviens toujours pas" puis "Sous le choc. Je n'ai pas de mots. Je ne sais que dire ou faire... Je crois que j'ai besoin de repos". 

Belgium's got talent
Les deux hommes sont amis depuis des années. En Flandre, ils sont notamment connus pour avoir écumé tous les plateaux de découverte de talents comme "Belgium's got talent" par exemple. Kevin L se présentait comme manager du chanteur de tyrolienne et lui offrait parfois une place de "guest" dans ses spectacles du "Clown Tobi". Devant cette pluie d'éléments, le parquet de Bruges préfère garder le silence "pour ne pas porter préjudice à l'enquête". Cette dernière devra déterminer ce qui a pu provoquer un tel passage à l'acte et comment Kevin L. a réussi à embarquer son ami dans une expédition punitive autant mise en scène.

Par: rédaction 15/05/18 - 09h56