Une lettre "écrite par Satan" au 17ème siècle vient d'être décodée

© thinkstock.

Un sombre matin de 1676, Soeur Maria s'est réveillée le visage couvert d'encre avec une mystérieuse lettre dans la main.

Née Isabella Tomasi en 1645, elle est devenue Soeur Maria Crocifissa della Concezione lorsqu'elle est entrée dans les ordres au Couvent des Bénédictines situé dans la commune de Palma di Montechiaro en Sicile. Selon la légende, le 11 août 1676, Soeur Maria s'est réveillée en découvrant une lettre qu'elle ne se souvenait pas d'avoir écrite. Sur le papier se trouvait un code étrange et indéchiffrable, ce qui l'a poussée à croire qu'elle avait été possédée par un démon.

Depuis plus de 300 ans, des scientifiques, des universitaires et des spécialistes des sciences occultes ont tenté de percer le mystère de cet alphabet inconnu, en vain. Mais il y a quelques jours, une équipe d'informaticiens italiens du Ludum Science Center a annoncé au monde entier son interprétation de la "lettre du diable". C'est grâce à un logiciel du dark web qu'ils ont pu enfin traduire une quinzaine de lignes. "On peut trouver de tout sur le dark web, de la drogue, de la prostitution, de la pédophilie, et aussi des programmes utilisés par les services de renseignement pour déchiffrer les messages secrets, comme celui que nous avons utilisé", a expliqué Daniele Abate, le directeur du centre, sur les ondes de la radio italienne 105.

La lettre écrite par Soeur Maria contenait des traces de latin, de grec ancien, d'arabe et d'alphabet runique. "Dieu pense qu'il peut libérer les mortels. Le système ne marche pour personne. Peut-être que maintenant, le Styx est certain", aurait donc voulu nous dire Belzébuth. Le texte décrit aussi Dieu, Jésus et le Saint-Esprit comme des "poids morts" et encourage donc la nonne à abandonner la religion selon le site du Times.

Pour Daniele Abate, cette traduction démontre surtout que Soeur Maria était une linguiste plutôt douée et peut-être légèrement schizophrène. Il poursuit: "Ma théorie est qu'il s'agit d'un alphabet précis, inventé par la nonne avec beaucoup de soin, en mélangeant des symboles qu'elle connaissait. Chaque symbole est bien pensé et structuré, il y a des signes qui se répètent, et cela montre une initiative soit intentionnelle, soit inconsciente. La vie dans le monastère était sans doute très stressante."

Par Catherine Delvaux. 14/09/17 - 11h15