Trésor du Mont-Blanc: le mystère n'est pas encore résolu

Un jeune alpiniste, qui avait découvert en 2013 une centaine de pierres précieuses dans le massif du Mont-Blanc, attend toujours de savoir si les gendarmes ont mis la main sur un éventuel propriétaire. La loi prévoit que le pactole, estimé entre 130.000 et 246.000 euros. pourrait bien lui revenir.

Petit rappel des faits. En septembre 2013, un jeune alpiniste avait découvert un trésor de pierres précieuses sur un glacier du Mont-Blanc, provenant probablement du crash d'un avion indien vieux d'un demi-siècle.

Le jeune Savoyard, qui a souhaité garder l'anonymat, a fait cette découverte cet été alors qu'il évoluait sur le glacier des Bossons, une énorme langue de glace qui s'écoule depuis le sommet du toit de l'Europe occidentale.

Émeraudes, saphirs et rubis
"Il aurait pu garder ça pour lui mais a préféré les amener à la gendarmerie de Bourg-Saint-Maurice (Savoie), près de son lieu de résidence, le 9 septembre, a expliqué à l'AFP le chef d'escadron Sylvain Merly, commandant de la compagnie de gendarmerie d'Albertville.

Les pierres précieuses, des émeraudes, saphirs et rubis, ont été placées sous scellés, puis leur valeur a été évaluée par un joaillier local: entre 130.000 et 246.000 euros.

Deux accidents d'avion
Ce trésor provient très vraisemblablement d'un avion indien qui s'était écrasé dans le massif il y a plus de cinquante ans, deux crashs ayant eu lieu à 16 ans d'intervalle.

Le Malabar Princess, un avion d'Air India, s'était écrasé le 3 novembre 1950 à 4.700 mètres d'altitude, faisant 48 morts. La rumeur avait alors couru qu'il contenait des lingots d'or, sans qu'on n'en retrouve cependant la moindre trace.

Qui a hérité du précieux magot?
Le 24 janvier 1966, c'était au tour du "Kangchenjunga", un Boeing 707 lui aussi de la compagnie Air India, qui effectuait la liaison Bombay-New York. Il s'était écrasé sur le même glacier avec 117 passagers à bord à environ 4.750 mètres d'altitude. Aucun passager n'avait survécu à l'accident.

Mais, cinq ans après la découverte de ce trésor, une question subsiste: qui a hérité du précieux magot? (continuez à lire sous la vidéo)

Aujourd'hui, le jeune Savoyard s'est fait entendre dans les colonnes du Dauphiné. "Je ne pensais pas trouver un trésor", rembobine-t-il.

Il ajoute: Les gendarmes m'ont dit qu'ils me donneraient des nouvelles au fil de l'enquête... Je n'en ai jamais eu".

50-50?
L'alpiniste s'inquiète également du fait qu'il n'a pas reçu une copie de sa déposition, ni d'inventaire précis des 49 sachets mis sous scellés. Ils dorment aujourd'hui dans le coffre d'une banque.

En 2013, le procureur avait indiqué que la moitié du butin reviendrait au jeune alpiniste si aucun propriétaire n'était retrouvé dans un délai de deux ans. L'autre moitié appartiendrait dès lors au propriétaire du glacier des Bossons, c'est-à-dire à la commune de Chamonix.

Christophe Da Silva 12/02/18 - 16h00