Les éléments de langage des cinq principaux candidats à la présidentielle

© ap.

Décryptage des formules préétablies et répétées inlassablement par les principaux candidats à la présidentielle française.

Les éléments de langage, aussi appelés EDL, s'apparentent à des phrases préfabriquées utilisées à de nombreuses reprises par les responsables politiques lors de leurs discours ou interviews.

Ils sont destinés "à marquer les esprits", précise le Figaro qui a analysé les éléments de langage de Marine Le Pen, François Fillon, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon.

Le terme "immigration" est très souvent employé par la candidate du Front National. "On note son retour toutes les minutes dans ses discours. Une récurrence sans commune mesure comparée aux discours des autres candidats", expose Cécile Alduy, auteur et professeur à l'université de Stanford.

L'experte pointe aussi la "liberté" d'entreprendre chère à François Fillon. Le concept de "liberté" est ici assimilé à l'économie. Sécurité s'érige comme l'autre mot particulièrement prononcé par l'ancien Premier ministre.

Macron: un mélange entre Obama et Johnny
Pour rendre compte du discours d'Emmanuel Macron, Cécile Alduy fait référence à Barack Obama et... Johnny Hallyday. "Il a parfois même un vocabulaire à la Johnny, intimant à ses supporters d'avoir "l'envie". On peut d'ailleurs comparer ses discours à ceux d'un Obama et de son slogan de campagne Yes We Can."

Pas de surprise du côté de Benoît Hamon, on retrouve des éléments qui traduisent les valeurs prônées par la gauche "social", "égalité", "démocratie" et "écologique".

Jean-Luc Mélenchon a délaissé un "discours issu de la sphère trotskiste" pour un discours plus "populiste"."Jean-Luc Mélenchon ne parle plus beaucoup de capitalisme, ni des travailleurs. Il parle aujourd'hui de "peuple", un concept plus attrayant car beaucoup plus vague", estime la professeur.

Par: rédaction 20/04/17 - 18h09