"Aucun lien entre la Belgique et l'attaque"

© photo news.

Il n'y a actuellement aucun lien entre l'attaque survenue jeudi soir sur les Champs-Elysées à Paris et la Belgique, a indiqué le parquet fédéral belge vendredi matin. La Belgique apporte actuellement toute sa collaboration aux enquêteurs français, a ajouté le parquet.

Peu après l'attaque jeudi soir, plusieurs médias français rapportaient que les autorités belges avaient avisé la France de la probable arrivée à Paris jeudi matin d'un Anversois de 35 ans.

Dans un document cité par les médias français, il est précisé que la police judiciaire fédérale d'Anvers a mené une perquisition au domicile de l'individu et que des armes, des cagoules et un ticket de Thalys avaient été découverts.

Vendredi matin, le ministère français de l'Intérieur a confirmé que les autorités belges avaient signalé aux autorités françaises l'homme en question, Youssouf E. O., tout en précisant que l'individu s'était présenté dans un commissariat anversois.

Le journal Het Nieuwsblad, citant l'avocat de Youssouf E. O., Nabil Rifi, précisait que l'homme était au travail dans une station-service jeudi soir.

Ni Geens, ni Jambon ne confirment un lien avec la Belgique

Les ministres de l'Intérieur et de la Justice, Jan Jambon et Koen Geens, n'ont pas confirmé les liens avec la Belgique qui ont été évoqués à la suite de l'attentat commis jeudi soir à Paris sur les Champs-Elysées.

"Nous n'avons pour le moment aucune information sur un lien belge", a indiqué M. Geens vendredi matin lors de son arrivée au conseil des ministres.

L'homme soupçonné d'être l'auteur de la fusillade est un Français, a précisé M. Jambon.

Quant à la personne signalée par la Belgique à la France, Youssouf E. O., elle s'est rendue dans un commissariat à Anvers. Son avocat, Nabil Riffi, a affirmé à plusieurs médias que l'homme travaillait dans une station-service au moment des faits. A la suite d'une perquisition menée à son domicile dans une affaire qui n'est pas liée au terrorisme, un billet de Thalys avait été retrouvé, donnant lieu au signalement aux autorités françaises.

Par: rédaction 21/04/17 - 11h08