La Belgique met la violence contre les homos tchétchènes à l'agenda du Conseil de l'Europe

© photo news.

Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders mettra la violence à l'égard des hommes homosexuels en Tchétchénie à l'agenda vendredi de la réunion ministérielle du Conseil de l'Europe à Chypre, a-t-il annoncé jeudi. Didier Reynders et le Premier ministre Charles Michel ont une nouvelle fois exprimé leur inquiétude.

Une enquête du journal indépendant Novaïa Gazeta avait mis en lumière le fait que les homosexuels en Tchétchénie étaient devenus la cible des autorités locales. Selon le journal, plus de cent hommes homosexuels ont été arrêtés. Certaines personnes ayant fui à Moscou ont témoigné avoir été battues et détenues dans des prisons non-officielles.

La Belgique a déjà demandé aux autorités russes de mener une enquête pour connaître la situation réelle sur place. Didier Reynders va donc maintenant porter l'affaire devant le Conseil de l'Europe. Il souhaite que la Russie - un des 47 membres du Conseil de l'Europe - se tienne à ses obligations de lutter contre toute forme de discriminations et mette tout en oeuvre pour "faire triompher le droit".

"Tout est loin d'être réglé et la vigilance reste de mise"
Didier Reynders et Charles Michel "prennent note" du fait que la Russie a annoncé que le commissaire russe aux droits de l'homme se penche sur la question et que le parquet tchétchène a ouvert une enquête. "Tout est loin d'être réglé et la vigilance reste de mise", nuancent les ministres.

Le Parlement européen aussi s'est ému du sort des homosexuels en Tchétchénie. Dans une résolution votée jeudi, les parlementaires appellent les autorités à cesser immédiatement ces pratiques et à libérer toutes les personnes détenues illégalement. Ils demandent aussi "une enquête indépendante, objective et approfondie" et trouvent que la Commission européenne, les Etats membres et le Conseil de l'Europe doivent assister la Russie en ce sens.

Par: rédaction 18/05/17 - 16h12