Incendie au Portugal: toute une famille portée disparue

Ligia Sousa, Sergio Machado et leurs deux enfants sont toujours portés disparus depuis l'incendie qui a ravagé une forêt de Pedrogao Grande (centre du Portugal). Selon le site Noticias ao Minuto, leur famille a essayé de les joindre mais leurs téléphones portables sont indisponibles.

Un gigantesque feu de forêt dans la région de Leiria, dans le centre du Portugal, a coûté la vie à 62 personnes, dont huit pompiers, et a fait plus de 50 blessés. De nombreuses victimes ont été prises au piège par les flammes alors qu'elles circulaient sur la route reliant Figueiro dos Vinhos à Castanheira de Pera.

"La route de la mort"
Grâce à l'utilisation d'un drone, SIC Noticias, une chaîne de télévision portugaise d'information, a eu accès aux images la nationale touchée par le feu, baptisée la "route de la mort" (voir vidéo). Les images, terrifiantes, montrent la destruction totale de la zone et les nombreux véhicules carbonisés. D'autres images, captées par un drone de Tomar TV, illustrent un "scénario digne d'un film hollywoodien", écrit le journal digital Economia.

Injoignables par téléphone
Selon le site portugais Noticias ao Minuto, toute une famille reste portée disparue. Il s'agit de Ligia Sousa, Sergio Machado et leurs deux enfants (4 et 2 ans). Originaires de Sacavém (région de Lisbonne), ils étaient en vacances à Castanheira de Pêra quand un gigantesque incendie a ravagé une forêt de Pedrogao Grande (centre du Portugal). Selon une amie de la famille, ils se déplaçaient à bord d'une Citroen C4 bleue foncée. Leur dernière photo a été publiée sur Facebook. Leur famille a essayé de les joindre mais leurs téléphones portables sont indisponibles.

Selon les autorités, une grande partie des victimes ont péri dans leurs voitures, piégées par les flammes alors qu'elles circulaient samedi sur la nationale 236 reliant Figueiro dos Vinhos à Castanheira de Pera.

"Nous ressentons un sentiment d'injustice, car la tragédie a touché ces Portugais dont on parle peu, d'une zone rurale isolée", a déclaré dimanche le président Marcelo Rebelo de Sousa, en référence à la région de Leiria, dans le centre du pays, où a eu lieu l'incendie. 

"L'enfer"
"C'était vraiment l'enfer. Je pensais que la fin du monde était venue. J'ai cru que je n'allais pas m'en sortir", a témoigné à la télévision portugaise SIC Notícias Maria de Fatima Nunes, une rescapée du drame.

La police judiciaire a "réussi à déterminer qu'un orage sec est à l'origine de l'incendie", écartant la piste criminelle après avoir trouvé un arbre frappé par la foudre.

Christophe Da Silva 19/06/17 - 12h48