Le calvaire de Lucie, tétraplégique, après un vol Los Angeles-Paris

Lucie Carrasco, une styliste de 36 ans, a connu un véritable calvaire à la fin d'un voyage Los Angeles-Paris avec la compagnie à bas coût islandaise WOW Air, témoigne-t-elle dans Le Parisien. Tétraplégique, elle a notamment dû attendre pendant 7 heures sur une banquette de l'aéroport de Roissy-Charles De Gaulle.

C'est à la descente de l'avion, jeudi dernier vers 20 heures, que les ennuis de la jeune femme ont débuté. Après voir attendu 1h30 son fauteuil électrique à 30.000 euros, la jeune femme constate que celui-ci est cassé. "Mon fauteuil, c'est mes bras, mes jambes", explique-t-elle au quotidien français.

Elle demande alors à la compagnie la réparation du fauteuil et une solution pour rallier sa ville de Lyon mais cette dernière refuse. Heureusement, le personnel de Roissy la prend en charge et tente de trouver un terrain d'entente avec WOW Air. Elle doit néanmoins attendre sept heures durant sur une banquette dans une position qui la fait évidemment souffrir. Elle est en outre obligée de faire ses besoins devant d'autres personnes.

"Je ne peux pas accepter que cela se produise pour d'autres"
Au bout d'âpres négociations, la compagnie islandaise accepte enfin de mettre à sa disposition une ambulance, mais celle-ci n'arrive que vers 3 heures du matin. Emmenée "par deux employés qui n'étaient pas ambulanciers" et qui ne savaient pas la "manipuler", elle arrive enfin chez elle à 11 heures du matin. "L'un d'eux fumait, roulait n'importe comment (...) Je pensais que ça n'allait jamais s'arrêter. C'était comme dans un mauvais film", poursuit Lucie.

Celle-ci compte porter plainte contre WOW Air, qui dit "regretter que la passagère ait dû passer cette épreuve" et avoir déboursé "2000 euros" pour l'ambulance. "Je ne suis pas porte-parole des personnes handicapées, mais je ne peux pas accepter que cela se produise pour d'autres", conclut la jeune femme, qui utilise un fauteuil de secours le temps que le sien refonctionne à nouveau. 

La jeune femme dut en outre payer 400 euros de frais supplémentaires à la compagnie pour voyager à l'avant avec son accompagnatrice.

Par: rédaction 8/08/17 - 15h26