Maëlys: le suspect n'était pas invité au mariage mais y a vendu de la cocaïne

© afp.

Nordahl L., principal suspect suite à la disparition de la petite Maëlys (9 ans), n'aurait jamais dû se trouver au mariage. Mais l'homme a insisté auprès des mariés, qui ont finalement accepté. En "échange", il a promis d'apporter de la cocaïne et en a lui-même consommé.

Nordahl L. ne figurait pas sur la liste des 180 invités du mariage où a disparu Maëlys, écrit Paris Match. Mais l'homme qui deviendra le suspect numéro un a insisté "un peu lourdement". On lui a alors proposé de venir au vin d'honneur, après la cérémonie à l'église. En guise de remerciements, il a proposé d'apporter de la cocaïne aux convives après le dessert. Il en a d'ailleurs vendu à quelques invités.

Dans la fameuse nuit du 26 au 27 août, Nordahl revient donc au mariage entre minuit et 1h du matin. Il fait ses petites affaires mais c'est surtout son comportement avec les enfants qui interpelle. "Visiblement, il n'a pas eu un comportement adéquat avec eux", précise une source proche de l'enquête dans Paris Match. "Le suspect a été vu par de nombreux témoins, dans la salle où les enfants dormaient sous l'œil de la baby-sitter. Dans cette pièce isolée, il parlait avec Maëlys et lui montrait sur son téléphone portable des photos de ses chiens, l'une des passions de la petite fille."

Vers 1h30, la nounou qui s'occupait des enfants a quitté les lieux. Maëlys, elle, ne dort pas et discute encore avec sa grand-mère vers 2h45. C'est la dernière personne à l'avoir vu.

A 3h du matin, ses parents se mettent à sa recherche. A 3h10, le DJ fait une annonce pour signaler la disparition de l'enfant. La mère a un mauvais pressentiment et pense immédiatement à un enlèvement.

Tous les invités du mariage vont se mettre à la recherche de Maëlys. Sauf Nordahl L., qui prétend être malade à cause de l'alcool et qui se fait accompagner par un ami aux toilettes. Ce dernier affirme que Nordahl a fait semblant de vomir.

A l'arrivée des gendarmes vers 4h du matin, Nordahl a disparu. Maëlys aussi.

© afp.
© afp.
© afp.
© afp.
© afp.

Julien Collignon 14/09/17 - 11h07