Le mystère des quipus incas percé par un étudiant de 21 ans

© Université de Harvard.

Ensembles de cordelettes nouées, les quipus étaient employés par les Incas pour enregistrer notamment les recensements de la population et les inventaires de biens. Cela, on le savait déjà. Mais selon Manny Medrano, un étudiant d'Harvard âgé de 21 ans, ces faisceaux renferment aussi des données qualitatives sur les habitants.

Le spring break s'apparente pour de nombreux étudiants américains à un moment de décompression passé (très) loin des syllabi et des préoccupations scolaires. Mais pas pour Manny Medrano qui a passé ses "vacances" devant son bureau avec les quipus incas plutôt qu'avec ses amis sur une plage de Floride. Et au vu du résultat, il a bien fait d'opérer ce choix.

© Twitter @IsabelOtt.

"Des feuilles de calcul Excel anciennes"

Les quipus assimilées par Manny Medrano à des "feuilles de calcul Excel anciennes", contiennent des données statistiques comme les recensements de population, les taxes, l'inventaire des ressources... La composante mathématique des quipus avait déjà été décelée par les chercheurs qui s'attelaient à les collecter et décoder.  Mais les quipus peuvent aussi permettre d'en savoir plus sur le profil des différents habitants, selon le jeune étudiant d'Harvard.

Plus que des chiffres

Les couleurs des cordelettes correspondent par exemple aux prénoms des villageois.  Une découverte rendue possible grâce à la comparaison entre des quipus et un document écrit espagnol datant de 1670. Manny Medrano formule aussi l'hypthèse que la position des noeuds apparents sur les cordelettes précise le statut social de la personne.

L'ensemble des résultats de l'étude, réalisée avec le professeur d'archéologie Gary Urton, seront publiés en janvier dans la revue scientifique Ethnohistory.

Par: rédaction 4/01/18 - 12h04