Tirs de sommation après une messe hostile à Kabila

© afp.

La police congolaise a procédé à des tirs de sommation pour disperser un attroupement vendredi devant la cathédrale de Kinshasa où l'archevêque Laurent Monsengwo Pasinya a célébré une messe très critique envers le pouvoir de Joseph Kabila, en présence d'ambassadeurs occidentaux, a constaté un journaliste de L'AFP.

Des policiers armés sont passés en pick-up devant les grilles de la cathédrale Notre-Dame au moment où des centaines de fidèles quittaient l'édifice après cette messe à la mémoire des victimes d'une marche anti-gouvernementale interdite et dispersée le 31 décembre.

Selon le site d'informations Actualité.cd, la police nationale congolaise (PNC) a dispersé à coups de gaz lacrymogène une marche spontanée des personnes qui ont participé à la messe de requiem.

Selon l'Eglise catholique et l'Onu, la répression a fait six morts, aucun pour le gouvernement congolais.

Au moins un blessé
La messe de requiem se tenait en présence de tous les curés des paroisses de l'archidiocèse de Kinshasa ainsi que du cardinal Monsengwo.

Des diplomates étaient également présents, dont les ambassadeurs de France, Alain Remy, et des Pays-Bas, Robert Schuddeboom, tout comme des opposants au président Kabila, dont Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe, a précisé Actualité.cd.

Au moins un blessé a été enregistré, a ajouté ce site, alors que des photos circulant sur les réseaux sociaux montrent un jeune homme la bouche en sang.

Par: rédaction 12/01/18 - 14h17