"Nordahl, c'était Nono le barjot, un mec un peu lourd avec les femmes"

© DR.

Deux témoignages sont venus apporter un nouvel éclairage sur la personnalité de Nordahl Lelandais. D'abord celui de Dylan sur BFMTV, un ami du meurtrier présumé de Maëlys. Ensuite celui d'Alexandra, la soeur, auprès de France Soir.

Dylan raconte que Nordahl Lelandais n'avait pas forcément bonne réputation, même auprès de ses amis. Son comportement était toujours en marge de celui des autres membres du groupe. "C'était un squatteur, un vagabond. Il s'agrippait à tous les groupes. C'était un peu la pièce rapportée. Dans la soirée, c'était un peu l'ami rapporté par un autre ami", décrit l'homme de 35 ans.

"Un peu lourd"
Personne ne soupçonnait Nordahl Lelandais capable de telles atrocités, même s'il avait tout de même un comportement étrange. C'est d'ailleurs à cause de ce comportement problématique qu'il est renvoyé de l'armée en 2010. "Nordahl, c'était Nono, Nono jusqu'à devenir Nono le barjot. "C'était tout le temps Nordahl à faire la bêtise de trop, à aller un peu trop loin, à faire la blague de trop. Il ne connaissait pas trop ses limites, il ne savait pas trop s'arrêter. C'était un peu lourd."

Celui qui est également impliqué dans la disparition et le meurtre d'Arthur Noyer nouait des relations compliquées avec les femmes. "Il était lourd un petit peu envers les femmes, le détachement était compliqué. Ce qu'on entendait derrière c'est qu'il était malheureux, les ruptures se passaient très très mal. (...) Il se croyait supérieur, donc le fait de lui dire 'non' je pense qu'il l'acceptait mal. Il changeait un petit peu à partir du moment où vous lui disiez 'non'."

"Jusqu'aux aveux, je le croyais innocent"
Alexandra, elle, se remet à peine du coup de massue qui lui est tombé sur la tête le jour où Nordahl Lelandais a fini par avouer qu'il avait tué Maëlys. "Jusqu'à ses aveux, je n'avais aucun doute sur son innocence", dit sa soeur à France Soir. 

Tout au long des six mois où son frère était en détention, elle était certaine qu'il était victime d'une erreur judiciaire. "Psychologiquement, c'est pour ma mère que c'est très dur. Elle a pris un gros coup au moral. Elle a compris que Nordahl a forcément une implication dans cette affaire. Il nous a menti."

Et Alexandra reste avec ses interrogations: "Pourquoi avouer six mois après? Comment peut-il avoir fait ça?"

Par: rédaction 13/03/18 - 14h31