Huit ans de prison pour avoir laissé son bébé mourir de faim

© thinkstock.

Une mère dont le nourrisson est mort de faim dans le nord de la France en 2015 a été condamnée jeudi à huit ans de prison par la justice française.

Gwenaëlle Palussière, 34 ans, avait fait une dénégation de grossesse (un déni partiel, c'est à dire qu'elle en était parfois consciente), qui a été cachée à son compagnon et ses deux premiers enfants, avant d'accoucher seule dans sa salle de bains, à Saint-Pol-sur-Mer, dans l'agglomération de Dunkerque.

Un bébé caché nourri au yaourt
Elle avait ensuite dissimulé le bébé dans son lit et l'avait nourri de yaourt, de compote et de camembert, selon ses enfants qui avaient fini par découvrir l'existence de leur soeur. C'est le fils de 15 ans qui avait retrouvé le nourrisson mort et alerté les secours. La mère a été accusée d'avoir privé de soins et d'aliments son enfant au point d'avoir entraîné sa mort, un crime passible de 30 ans de prison.

Douze ans de prison requis
Devant la cour d'assises du Nord, l'avocate générale, Alexia Gonnet, avait requis 12 années de prison à l'encontre de l'accusée, qui a déjà effectué trois ans de détention provisoire. "On dirait qu'elle joue à la poupée: elle laisse l'enfant dans sa chambre, elle ferme la porte et cet enfant n'existe plus", avait lancé l'avocate générale.

Enfance difficile
L'avocat de la défense, Bruno Dubout, a pour sa part rappelé l'enfance difficile de l'accusée, abandonnée par son père, placée en familles d'accueil, avant un retour dans sa famille où sa mère lui assène "un coup de couteau dans la main". "C'est le contact qu'elle a avec la maternité: abandons et violences", a-t-il souligné.

Silence et honte
Peu loquace, l'accusée a cependant dit se sentir "coupable" et honteuse. "J'ai essayé de la nourrir, mais elle ne prenait pas le sein", a-t-elle aussi affirmé.

Par: rédaction 17/05/18 - 17h39