Pourquoi le véritable inventeur du Monopoly n'est jamais devenu millionnaire

© reuters.

Voici l'histoire d'Elizabeth Magie, de Margaret Keane, d'Alice Guy, de Lise Meitner, de toutes ces femmes qui ont créé des choses extraordinaires sans obtenir la reconnaissance qu'elles méritaient.

Depuis la sortie du film "Les Figures de l'ombre", sur le trio de femmes noires qui ont activement participé à l'envoi du premier homme sur la lune, ou encore de la BD "Les Culottées" de Pénélope Bagieu, sur les destins souvent oubliés de "femmes qui ne font que ce qu'elles veulent", on commence à regarder d'un autre oeil nos poussiéreux livres d'histoire: non, les hommes ne sont pas les seuls à avoir inventé des objets intéressants, découvert des théories nouvelles ou mené des vies singulières. Les femmes aussi ont un récit à raconter, si on leur laisse une voix au chapitre.

Dans un article du Huffington Post, Jessica Samakow dresse le portrait de onze femmes qui ont créé des "choses extraordinaires" avant qu'un homme ne vienne piquer leur idée et récolter tranquillement les fruits de leur long travail.

The Landlord's Game, la version originale du Monopoly
Connaissez-vous par exemple le nom d'Elizabeth Magie? Née en 1866, cette sténographe et secrétaire américaine a inventé en 1903 le jeu de société The Landlord's Game (le jeu du propriétaire foncier) après avoir lu les théories de l'économiste Henry George. Elle voulait à l'origine dénoncer le monopole de certains riches propriétaires de son époque qui empêchait les travailleurs modestes de posséder des terres et des biens. Avec son maigre salaire, Lizzie a néanmoins pu acheter seule une maison près de Washington.

Une provocatrice
Auteure de poèmes et de nouvelles, elle était aussi connue pour son sens de la provocation. Pour protester contre le sort injuste réservé aux femmes non mariées, elle a publié dans la presse une fausse petite annonce pour se vendre à l'homme le plus offrant en tant que "jeune femme esclave américaine", un petit scandale qui a suscité l'intérêt des journalistes. "Nous ne sommes pas des machines. Les femmes ont un esprit, des désirs, des espoirs et de l'ambition", a déclaré Elizabeth Magie. Elle s'est finalement mariée à l'âge de 44 ans et elle est morte sans enfant, sans gloire et sans beaucoup d'argent en 1948.

Charles Darrow l'inventeur millionnaire
C'est dans les années 30, après avoir perdu son emploi d'ingénieur dans la crise de 1929, qu'un certain Charles Darrow va finalement adapter le Landlord's Game, très prisé dans les milieux universitaires de gauche, pour le vendre à la société Parker Brothers en 1935. Malgré les protestations d'Elizabeth Magie, Darrow a gagné des millions de dollars grâce à son Monopoly, plus facile à jouer. Magie a remporté environ 500 dollars pour la vente de son brevet, selon cet article passionnant du New York Times.


Alice Guy, la première réalisatrice de fiction

Proche des frères Lumière et de Léon Gaumont, Alice Guy réalise en 1896 "La Fée aux choux", le premier film de fiction au monde, à l'âge de seulement 23 ans et en dehors de ses heures de travail comme secrétaire à Paris. Elle a ensuite réalisé une centaine de films courts aux sujets très variés avant d'épouser en 1907 Herbert Blaché, un opérateur, avec qui elle va travailler et déménager à New York. 

Gêner les hommes qui fumaient leur cigare
Visionnaire, Alice crée sa propre société de production, la Solax, mais laisse bientôt son mari en charge. "Je n'assistais à aucune réunion", aurait-elle confié. "J'aurais, disait Herbert, gêné les hommes qui désiraient fumer leur cigare en paix et cracher à leur aise tout en discutant des affaires." Herbert Blaché a fini par démarrer sa société, qui a absorbé celle de sa femme et effacé son nom. Après leur divorce, Alice Guy, devenue mère de deux enfants, n'a jamais retrouvé d'emploi à Paris ou en Amérique dans le milieu du cinéma.


Big Eyes

Récemment, le film de Tim Burton "Big Eyes" a remis à l'honneur l'oeuvre de Margaret Keane, une artiste qui peignait des tableaux très à la mode dans les années 60 avec des personnages aux grands yeux. Pendant des années, c'est son mari Walter qui a signé ses tableaux afin de gagner plus d'argent. Margaret a finalement demandé le divorce et mis au défi son ex-mari de peindre une toile au tribunal afin de prouver qu'elle était bien la créatrice des tableaux. Il a refusé parce qu'il avait mal à l'épaule, tandis que Margaret a relevé le défi en 53 minutes et remporté la somme de 4 millions de dollars de dommages et intérêts.


N'oublions pas non plus Margaret E. Knight, qui a inventé la première machine à fabriquer des sacs en papier; Lise Meitner, la physicienne qui a eu un rôle majeur dans la découverte de la fission nucléaire sans être reconnue par le comité du Prix Nobel; tout comme Chien-Shiung Wu, qui a démontré les lois de parité en physique avec deux collègues masculins suite au Projet Manhattan (le projet secret de l'armée américaine sur la première bombe atomique durant la Seconde Guerre mondiale); l'astrophysicienne Jocelyn Bell Burnell n'a pas obtenu de Prix Nobel non plus malgré sa découverte du premier pulsar, reprise par son directeur de thèse; tandis que Willie Mae "Big Mama" Thornton est la première interprète de "Hound Dog", un tube repris par Elvis en 1956, avec le succès phénoménal qu'on connaît.

Catherine Delvaux 20/03/17 - 13h19