Pourquoi les théories du complot fascinent

© ap.

Les tours du World Trade Center, Charlie Hebdo, les extraterrestres, ... Si certaines théories du complot sont inoffensives, d'autres peuvent avoir des effets extrêmement graves. Pourquoi l'être humain se laisse-t-il régulièrement tenter par ces théories fumeuses?

En Californie, une épidémie de rougeole vient d'atteindre un niveau qui nous ramène aux années 1990 et ce malgré l'introduction du vaccin en 1963. Le retour de cette maladie est dû aux mouvements "anti-vax" qui gagnent du terrain. Pour les adeptes de cette théorie, le vaccin serait extrêmement nocif et uniquement mis au point pour enrichir les laboratoires pharmaceutiques. Peu importe si cette maladie est mortelle, le vaccin est plus dangereux encore. Il y a cette théorie puis celle où l'on dit que personne n'a marché sur la lune, que tout a été tourné à Hollywood.

Nous n'aimons pas l'idée que quelque chose de terrible puisse se produire à l'improviste
Des chercheurs comme Karen Douglas, professeure à l'Université du Kent, ont voulu savoir pourquoi de telles croyances persistaient. Selon elle, cela fait partie de la logique de l'évolution. Nous sommes méfiants des autres groupes qui viendraient déstabiliser notre sécurité. Ceux qui croient aux conspirations semblent avoir un besoin intrinsèque et presque narcissique d'unicité. C'est l'idée qu'une personne a l'impression d'avoir accès à de rares informations ou à d'autres explications "secrètes" sur certains événements mondiaux. Celui qui croit devient expert et possède un savoir que ne possèdent même pas les soi-disant experts.

Il y a aussi les anxieux qui ne supportent pas l'idée de vivre dans un monde où des évènements terribles comme des meurtres de masse puissent avoir lieu sans contrôle. "Il est donc psychologiquement réconfortant pour certaines personnes de croire en une conspiration bien organisée de personnes puissantes qui sont responsables de ces événements", affirme Stephan Lewandowsky, professeur de Psychologie à l'Université de Bristol.

Présenter des faits ne convaincra pas un adepte du complot
Lewandowsky a constaté que plus une personne croit en une conspiration, moins elle est susceptible de faire confiance aux faits scientifiques. Les preuves sont réinterprétées comme d'autres preuves de la conspiration. Une personne va croire à une théorie en fonction de sa psychologie et de ses idéaux. Nous sommes attirés par des modèles et nous acceptons de plus en plus les choses sans preuves. Nous disposons d'une quantité gigantesque d'informations sur le web mais nous acceptons des coquilles vides, remettant en doute tous les fondamentaux.

La stratégie la plus efficace reste l'éducation. Pour que chacun puisse mieux identifier les sources dignes de confiance. Certains sites web s'appliquent déjà à le faire. Les adeptes des conspirations sont peu susceptibles de changer leurs opinions, mais ceux qui "ne sont pas pleinement engagés" peuvent encore changer d'avis.

Enfin, nous pouvons tous être plus attentifs quant à ce que nous partageons sur les réseaux sociaux. Malgré les titres alléchants, portons une attention plus particulière aux contenus des articles que nous partageons.

Jeanne Poma 10/02/18 - 07h03