"La vie est fragile, précieuse et imprévisible": les derniers mots de Holly, 27 ans

© Facebook.

La jeune femme australienne a été emportée par une forme rare de cancer des os, le sarcome d'Ewing.

Holly Butcher s'est éteinte le matin du 4 janvier. Elle avait 27 ans. Sur son profil Facebook, ses proches ont annoncé la triste nouvelle et publié une lettre que la jeune Australienne a écrite au cours des derniers mois de sa vie. Sereine face à son destin, elle confie: "C'est une chose étrange d'accepter sa mortalité à l'âge de 26 ans. C'est quelque chose que l'on ignore, la plupart du temps. Les jours s'écoulent et on pense que ça ne s'arrêtera jamais. Puis l'impensable se produit." Elle imaginait se marier, avoir des enfants, vieillir, avoir des rides et les cheveux gris. "La vie est fragile, précieuse et imprévisible. Chaque jour est un cadeau, pas un droit. J'ai 27 ans maintenant. Je ne veux pas partir. J'aime ma vie, je suis heureuse. Mais je n'ai aucun contrôle sur ce qui va arriver."

Dans son texte, Holly distille quelques conseils et s'adresse notamment à tous ceux qui stressent pour des détails sans importance. "Peut-être que vous avez été coincé dans les embouteillages, vous avez mal dormi, votre coiffeur a coupé vos cheveux trop court, vos seins sont trop petits, vous avez de la cellulite (...) Oubliez tout ça. Je vous jure que vous ne penserez pas à ça quand ce sera votre tour de partir. C'est tellement insignifiant quand vous regardez l'ensemble de votre vie. En ce moment, je suis en train de voir mon propre corps se détruire sans rien pouvoir y faire. Je donnerais n'importe quoi pour vivre encore un anniversaire ou un réveillon de Noël avec ma famille, pour passer encore une journée avec mon partenaire et mon chien. Juste un jour de plus."

La jeune femme encourage les personnes qui la lisent à aimer leur corps, sans se soucier de leur taille, à donner aux autres, à vivre des expériences au lieu de dépenser leur argent dans des biens matériels, à profiter de la nature, à apprécier le moment présent sans utiliser leur téléphone, à écouter de la musique, surtout des vieilles chansons, à caresser leurs animaux, à manger du gâteau, à dire non aux choses qu'elles n'ont pas envie de faire. "Ne vous sentez pas obligé de vivre la vie que les autres gens jugent épanouissante", poursuit Holly. "Si quelque chose vous rend malheureux, vous avez le pouvoir de changer ça." Elle conclut sa lettre en demandant: "Si vous le pouvez, donnez votre sang. Chaque don peut sauver trois vies. J'ai pu vivre une année de plus grâce au don de sang et je suis éternellement reconnaissante d'avoir vécu une partie des meilleurs moments de ma vie."

Par Catherine Delvaux. 10/01/18 - 15h42