La vengeance de son ex a pris des proportions infernales

© anp.

"Ma vie entière a été volée."

Au cours des cinq derniers mois, Matthew Herrick, un New-Yorkais de 32 ans, a vu débarquer plus de 1.000 inconnus à la porte de son appartement ou sur son lieu de travail. Il s'agissait d'une vengeance de son ex-petit ami, qui a créé sur la célèbre application de rencontre gay Grindr une série de faux profils au nom de Matthew. Des profils qui utilisent ses photos et dévoilent des détails de sa vie privée. Dans certains cas, les prétendants étaient même invités à insister si Matthew se montrait réticent car cela faisait partie d'un fantasme de viol, lit-on sur les sites de CNN et Slate.

"Ma vie entière a été volée. On m'a enlevé ma vie privée. Je suis humilié tous les jours. C'est un enfer permanent", explique Matthew Herrick à Wired. Aujourd'hui, il a décidé d'attaquer Grindr en justice. Depuis le mois d'octobre, il a signalé à maintes reprises l'usurpation de son identité à l'entreprise mais aucune décision n'a été prise pour le protéger. À l'instar de plusieurs plaintes visant des entreprises technologiques, Grindr se retranche derrière la Section 230 du Communications Decency Act promulgué en 1996 selon lequel un service Internet n'est pas légalement responsable du contenu posté par ses utilisateurs. 

Catherine Delvaux 19/04/17 - 12h48