Encore une affiche jugée "dénigrante" pour la femme

© Twitter.

Après la polémique autour la campagne publicitaire "sexiste" de Starcasino, c'est au tour du magasin de bricolage Jos Beckx de se retrouver dans le collimateur du JEP (Jury d'Ethique Publicitaire). L'organe d'autodiscipline indépendant de la publicité en Belgique incrimine une affiche... diffusée depuis 5 ans car elle porterait atteinte à la dignité de la femme et véhiculerait le stéréotype de la "femme objet".

La publicité en question met en scène une jeune Limbourgeoise, Bea Vanuytsel (24 ans), qui pose en bikini, munie d'une foreuse entre les mains et d'un casque de chantier sur la tête. Depuis 5 ans déjà, sa silhouette est affichée en grand sur la façade du magasin de son oncle et situé à Ham, près de Hasselt.

"Ca porte atteinte à la dignité de la femme"
La plaignante dénonce le fait que l'enseigne utilise systématiquement - que ce soit dans ses brochures, sur son site ou sur sa façade - une femme en bikini pour promouvoir les outils.

Le JEP lui a donné raison et demande au magasin de retirer les affiches. Il estime qu'il n'existe aucun lien entre les affiches et les outils. "Compte tenu de la façon dont ces jeunes femmes sont représentées sur les affiches, le Jury juge ces affiches dégradantes pour l'image de la femme. Elles portent atteinte à sa dignité".

"En cinq ans, cela n'a dérangé personne"
Pour Bea, qui a surtout voulu rendre service à son oncle, c'est une tempête dans un verre d'eau. "Susciter la désir? Cela n'a jamais été mon intention. Je ne pose pas de manière lascive. Mieux encore: si c'était à refaire, je le referais. (...) En cinq ans, cela n'a dérangé personne. Et maintenant parce qu'une personne s'est plainte, l'affiche doit disparaître", s'indigne-t-elle.

Quant à Filip Beckx, le gérant du magasin, il ne comprend pas non plus la polémique mais ne s'opposera pas à la décision. "Si je veux contester la décision, ça me coûte 500 euros. Et c'est la même instance qui me jugera. (...) Faut-il dès lors supprimer le calendrier Pirelli? Faut-il censurer la pub de Coca où un homme musclé retire son t-shirt, tond la pelouse et boit du coca devant des femmes en ébullition (voir vidéo ci-dessous)? Soit, j'ai du mal à accepter mais je m'y conformerai. Je cacherai les affiches en y collant en grand 'censure'", termine-t-il.

© Jos Beckx.
© Google Street View.

Michaël Bouche 19/06/17 - 11h46