Les chercheuses plus nombreuses que les chercheurs pour la 1ère fois

© thinkstock.

Pour la première fois, il y a plus de femmes chercheuses (51%) que d'hommes qui travaillent dans la chimie et les sciences de la vie, ressort-il du 5e rapport de développement durable de la fédération sectorielle essenscia, présenté ce jeudi en présence de la ministre en charge du Développement durable Marie Christine Marghem (MR). En Belgique, un quart des chercheurs travaillent dans le secteur, soit quelque 10.000 personnes.

D'après essenscia, les investissements en R&D ont progressé de 65% en 10 ans, "ce qui se traduit par près d'un brevet par jour".

"Continuer à investir et à innover est le meilleur moyen d'assurer la position concurrentielle du secteur", souligne encore la fédération qui rappelle que la chimie et les sciences de la vie représentent, en Belgique, un tiers des exportations, un tiers de la valeur ajoutée, un tiers de tous les investissements industriels et deux tiers de toutes les dépenses industrielles en R&D.

Depuis 2001, souligne encore la fédération, la production du secteur a doublé alors que, dans le même temps, certaines émissions ont été réduites de moitié.

"Les entreprises produisent non seulement de manière plus durable mais les produits qu'elles développent confèrent à leur tour plus de confort et permettent de réduire les émissions, notamment dans la construction et le transport. Plus que jamais, les innovations de la chimie et des sciences de la vie sont essentielles au bien-être humain et à la protection de l'environnement", commente pour sa part Yves Verschueren, l'administrateur délégué d'essenscia. "Le secteur est clairement un allié dans la transition vers une économie circulaire où les matériaux à la fin de leur cycle de vie retrouvent une nouvelle utilisation", ajoute-t-il enfin.

Par: rédaction 12/10/17 - 13h40