La revanche d'une petite fille qui avait une passion "bizarre"

Fascinée par les insectes depuis l'âge de deux ans, Sophia subissait les moqueries de ses camarades à l'école.

"J'aimerais qu'elle réalise qu'elle n'est pas bizarre ou étrange parce qu'elle aime les insectes." Fatiguée de voir sa fille rentrer triste de l'école, Nicole Spencer a décidé de contacter la Société d'entomologie du Canada en août 2016 pour lui prouver qu'elle pourrait un jour vivre de sa passion. À deux ans, la petite fille visitait les chutes du Niagara quand un papillon s'est posé sur elle. Depuis, elle adore observer les insectes et passe des heures à se documenter sur le sujet.

Malheureusement, cette passion lui a aussi valu des moqueries désagréables de la part de ses camarades de classe, qui ne comprenaient pas pourquoi elle débarquait parfois avec un insecte sur l'épaule. "Elle voulait tout arrêter pour mieux s'intégrer", raconte la maman au Huffington Post. 

Mais c'était sans compter la magie d'Internet. "Une jeune fille qui aime les insectes est harcelée à l'école et a besoin de notre aide", a indiqué la Société d'entomologie du Canada sur Twitter il y a un an, en partageant la lettre de Nicole. Via le hashtag #BugsR4Girls, des entomologistes du monde entier se sont manifestés pour soutenir Sophia, 8 ans. 

Au cours des derniers mois, Sophia a commencé à travailler avec Morgan Jackson, un doctorant de l'Université de Guelph. Et en septembre, leurs premières expériences ont été publiées dans la revue Annals of the Entomological Society of America. Une immense fierté pour la petite fille et sa mère. Aujourd'hui, Sophia est déterminée à devenir entomologiste quand elle sera grande. "Si quelqu'un me disait que les insectes, ce n'est pas pour les filles, je serais très fâchée, mais je ne ferais rien, j'arrêterais de leur parler. Je pense que tout le monde peut aimer n'importe quoi, y compris les insectes", a-t-elle écrit dans son article scientifique.

Par Catherine Delvaux. 2/10/17 - 12h10