Des vendeuses de Primark brûlées par des vêtements

L'information est révélée par RTL. Éruptions cutanées, brûlures aux mains et aux bras: les vendeuses du magasin Primark à Liège souffrent à cause des vêtements mis en rayon. Certaines ont consulté un dermatologue, d'autres ont même posé un arrêt maladie.

Primark se dit "surpris" par le problème, rappelant que les vêtements de Liège sont également vendus dans plus de 200 boutiques à travers le Royaume-Uni et l'Europe sans que cela ne pose le moindre souci. "Nos produits sont soumis à un processus de qualité qui respecte les normes européennes", se défend Primark dans un communiqué.

Les employées de la boutique s'expriment de façon anonyme. Une vendeuse explique que certaines de ses collègues travaillent "avec des gants" pour ne pas avoir de contact direct avec le tissu qui provient d'Inde, du Bangladesh ou encore de Chine. Des tests sont actuellement réalisés sur les vêtements incrimés pour tenter de comprendre l'origine de ces problèmes cutanés.

RTL a interrogé le docteur Bita Dezfoulian, dermato au CHU de Liège. Il a déjà soigné deux employés de Primark en février pour des irritations au niveau des avant-bras. "Ce sont des personnes qui manipulaient les emballages, déballaient et mettaient sur cintre des vêtements. Donc, on a suspecté que c'était le contact avec les containers et les tissus qui étaient en cause", confie-t-elle. Elle pointe du doigt la ppd, paraphénylènediamine de son nom complet: un colorant présent dans les tissus foncés, ainsi que des "substances" et "conservateurs" présents dans les containers qui transportent la marchandise d'un continent à l'autre.

© belga.
© belga.
© belga.

Par: Deborah Laurent 16/06/17 - 10h31