Le "nesting" ou l'art de rester chez soi

© thinkstock.

Le "nesting" encourage à rester à la maison et à faire ce que nous aimons, sans contraite de temps et sans stress.

Entre un samedi soir passé au bar entre amis, ou sous un plaid à lire un roman, que choisissez-vous? Si vous avez tendance à opter pour la solution la plus douillette, et à préférer rester bien au chaud dans votre nid, vous êtes sans aucun doute un amateur du "nesting".

Rebaptisé avec un nom en anglais pour avoir l'air plus cool, le "nesting" signifie simplement l'art de ne pas sortir de chez soi le week-end. Il s'agit de se détendre, de prendre le temps de flâner, de profiter et d'entretenir son petit nid douillet.

La recette danoise du bonheur

Le "nesting" s'apparente finalement au "hygge" (prononcez hue-ga), cet art de vivre danois qui apporterait réconfort et bonheur. S'enrouler dans un plaid au coin du feu, passer un après-midi pluvieux devant Netflix, ou encore boire un bon thé chaud à la lumière des bougies: ce sont tous ces petits moments de bonheur qui ne s'achètent pas qui composent cette philosophie de vie.

Et il semblerait qu'elle soit efficace, puisque le Danemark occupe la première place du classement des pays les plus heureux selon le World Happiness Report publié chaque année par l'ONU.

Alors qu'avant, il était presque impensable, voire honteux, de ne pas sortir du week-end, c'est aujourd'hui une véritable tendance. Mais pourquoi l'idée même de passer ses samedis soir chez soi rencontre tant de succès ces dernières années?

Dans une société qui va de plus en plus vite, le foyer représente un lieu sûr. Il permet d'échapper au stress et de se concentrer sur soi, sans se comparer aux autres.

Mais le "nesting" aurait également des bienfaits sur notre corps. Comme l'explique le docteur Vincente Saavedra au quotidien El País, les cellules du corps humain "ont besoin de repos pour se régénérer". Le fait de rester chez soi à cuisiner, se reposer ou s'adonner à un passe-temps tranquille permet donc d'affronter la semaine en meilleure forme.

" Un certain degré d'amusement est nécessaire. Mais si cela devient un mode de vie, cela devient intenable, autant physiquement que mentalement. Chaque personne possède son propre point d'équilibre", conclut le docteur.

© thinkstock.

Sarah Winkel 13/10/17 - 10h00