Les tatouages autorisés au sein de la police mais ils devront être masqués

© belga.

Les tatouages seront autorisés parmi les effectifs policiers tant qu'ils ne sont pas exhibés, selon une circulaire que le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon, s'apprête à publier et que citent jeudi La Dernière Heure, Het Nieuwsblad, De Standaard, de Gazet van Antwerpen et Sudpresse.

Les tatouages seront autorisés mais devront donc être masqués par tous les policiers du pays. Les règles prévues dans le projet de circulaire s'adressent à tous les membres du personnel, peu importe leur cadre, leur fonction ou leur tenue.

La circulaire précise néanmoins que les tatouages au niveau du cou et du visage, quelle qu'en soit la forme, resteront interdits. De même pour les tatouages contraires à la loi, qu'ils soient permanents ou provisoires. "Les tatouages présentant un caractère raciste, discriminatoire ou qui évoquent des messages allant à l'encontre des valeurs de la police intégrée sont interdits, quel que soit leur emplacement sur le corps".

Des syndicats opposés
Les candidats tatoués ne seront plus automatiquement recalés aux examens d'entrée à la police. "C'est là une belle avancée. On ne pouvait plus se permettre de se priver de candidatures valables uniquement pour des tatouages. Il y a du bon dans cette circulaire", reconnaît le secrétaire général du Sypol, Jean-Marie Hottat.

Les syndicats SNPS et SLFP sont eux opposés à l'initiative. Pour Carlo Medo du SNPS, les règles actuelles sont suffisantes et il y a des sujets plus importants à discuter. Vincent Houssin du SLFP considère aussi que la problématique n'est pas prioritaire et regrette un "réflexe conservatif" dans le chef des autorités. "Nous sommes en 2018 et les tatouages sont à la mode. Tant qu'ils sont raisonnables, ils devraient être acceptés", estime-t-il.

Par: rédaction 22/02/18 - 07h18