"Je suis deve­nue adulte trop rapidement. Mon insouciance est passée à la trappe"

© photo news.

Derrière son beau sourire se cache un passé douloureux.

Voilà quatre mois maintenant que Tatiana Silva présente la météo sur TF1. Mais si tout semble lui sourire aujourd'hui, la belle brune n'a pas toujours eu la vie facile.

Comme elle l'a raconté à nos confrères de Télé 7 Jours, le début de sa vie professionnelle fut un véritable échec.  "J'ai choisi le mauvais moment [pour ouvrir son magasin à Anvers, ndlr], car c'était en 2008, et la crise écono­mique m'a obli­gée à fermer. J'ai alors travaillé dans un maga­sin où Marie-Pierre Mouli­gneau, notre Évelyne Dhéliat à nous, est passée un jour et m'a proposé de faire des essais pour la météo. C'était mon destin", se souvient-elle.

Un essai concluant et une belle vengeance sur la vie pour la jeune femme. Car, au niveau personnel, l'ancienne Miss Belgique a également connu des moments très douloureux.

Alors qu'elle n'avait que 16 ans, elle a dû faire face à une terrible tragédie: le décès de sa mère suite à un cancer du sein. "Quand il vous arrive un événe­ment aussi boule­ver­sant, qui a des consé­quences directes sur votre quoti­dien, ça vous rend respon­sable", confiait-elle. "Il faut assu­mer les repas, les factures, etc...Ça a été brutal. Je suis deve­nue adulte trop rapi­de­ment, et mon insou­ciance est passée à la trappe. C'était une période très compliquée qui a fait beau­coup de dommages colla­té­raux".

Sa maladie a duré deux ans
Un événement douloureux sur lequel elle était déjà revenue lors d'une précédente interview avec nos confrères de Paris Match. "Ma mère a appris qu'elle souf­frait d'un cancer du sein quand j'avais 14 ans", expliquait-elle en mars dernier. "À cet âge-là, on a plus envie de buti­ner que de courir les maga­sins à la recherche d'une perruque. C'est diffi­cile à vivre. J'avais tendance à vouloir fuir la maison. Je ne voulais pas voir ma maman affai­blie par les chimio­thé­ra­pies. Sa mala­die a duré deux ans... Cela n'a pas été très long".

Mais alors que de nombreuses jeunes filles auraient pu compter sur le soutien de leur papa, Tatiana Silva s'est, elle, retrouvée complètement seule. "Il m'ap­pe­lait du Cap-Vert, mais ce n'était pas la même chose", confiait-elle. "Mes parents avaient divorcé depuis des années et lui avait refait sa vie... Cela explique un peu l'iso­le­ment dans lequel je me trou­vais. Il s'en est beau­coup voulu de ne pas être là pour moi à la mort de ma mère. Il stres­sait à l'idée de ce que j'al­lais deve­nir... Je pense que ce n'est pas anodin si je travaille aujourd'­hui en télé. Le regard des autres me rassure. Les compli­ments me récon­fortent, même si cela ne suffit pas à combler le vide que je ressens en moi... Il y a cinq ans, mon père s'en est allé d'une crise cardiaque".

Des événements que la jeune femme a sû surmonter grâce, notamment, à sa participation à Miss Belgique. "Selon moi, on est paré quand on a des parents qui sont toujours unis. Cela permet d'avoir un bon équi­libre. Et ça, moi, je ne l'ai pas. À 16 ans, j'ai obtenu la majo­rité anti­ci­pée. J'ai vécu toute seule... Cela dit, je suis heureuse de m'en être sortie, de ne pas être tombée dans quelque chose de grave, comme la drogue par exemple. J'ai eu beau­coup de chance d'être élue Miss Belgique... Aujourd'­hui, je suis persua­dée que je n'ai pas été choi­sie parce que j'étais la plus belle, mais parce que c'était mon destin", concluait-elle.

© photo news.

D.V.B 14/07/17 - 10h51

Votre avis nous intéresse!

Votre avis nous intéresse!

Connectez-vous pour réagir!

Il nous faudrait encore quelques renseignements avant de vous laisser réagir.