Première victoire pour Taylor Swift

© reuters.

L'ex-animateur de radio viré après s'être mal comporté avec Taylor Swift lui réclamait 3 millions de dollars. L'examen de la plainte déposée par la vedette qui le poursuit pour avoir attrapé ses fesses continue.

Le juge de Denver a rejeté la plainte du DJ David Mueller qui accusait Taylor Swift de l'avoir fait licencier. Il réclamait à la chanteuse 3 millions de dollars à titre de compensation pour avoir "ruiné sa carrière". Taylor Swift avait répliqué hier, affirmant que Mueller lui avait touché les fesses lors d'une séance photo, et que son staff s'était plaint de son comportement auprès de son employeur.

Le juge William Martinez a déclaré vendredi que Taylor Swift ne pouvait pas être tenue pour responsable de ce licenciement. David Mueller n'a, selon lui, pas réussi prouver l'intention formelle de Taylor Swift de le faire virer après le meet-and-greet problématique. Taylor Swift était très émue à l'annonce de cette déclaration de la cour. 

Taylor Swift avait témoigné hier avec force et courage. Elle avait déclaré que le licenciement de Mueller résultait de ses propres actions. "C'est ce qui résulte de ses propres décisions, pas des miennes. Je ne vous laisserai pas dire, vous ou votre client, que je dois avoir l'impression que c'est de ma faute. Je ne connais pas Monsieur Mueller, je ne sais rien de lui. Ce qu'il a fait était méprisable et choquant mais je ne le connais pas."

Le témoignage de la chanteuse a été salué par Nelly Furtado, qui a déclaré avoir subi le même type d'attouchement au cours de sa carrière, et applaudi par Lena Dunham.

Taylor Swift a contre-attaqué en octobre 2015, accusant le DJ d'agression sexuelle et affirmant qu'il lui avait attrapé les fesses sous sa jupe lors d'une séance photo le 2 juin 2013 avant un concert à Denver. Le jury va poursuivre la procédure sur ce volet.

Par: Deborah Laurent 12/08/17 - 02h48