La Une des Inrocks sur Bertrand Cantat crée la polémique

© Inrockuptibles.

Le chanteur revient sur le devant de la scène, 14 ans après le meurtre de Marie Trintignant.

Condamné pour le meurtre de Marie Trintignant en 2003, Bertrand Cantat a finalement été libéré en 2007. 10 ans après, il revient sur le devant de la scène avec un nouvel album solo attendu pour décembre.

À cette occasion, Les Inrockuptibles lui ont consacré une grande interview ainsi que leur couverture. Un choix rédactionnel qui a provoqué la colère de nombreuses personnes. À commencer par Marlène Schiappa, secrétaire d'état française chargée de l'égalité entre les hommes et les femmes.

"Et au nom de quoi devons-nous supporter la promo de celui qui a assassiné Marie Trintignant à coups de poing?", a-t-elle écrit sur Twitter. Un avis qui a d'ailleurs été partagé par de nombreux internautes.

"Parce que, oui, il a purgé sa peine. Mais Marie Trintignant, elle, n'a pas ressuscité, ses enfants sont toujours orphelins. Ses parents meurtris à jamais", écrivait, par exemple, la journaliste d'Europe 1, Nadia Daam.

"J'ai longtemps pensé au suicide"
Lors de l'interview, l'ancien leader de Noir Désir dit avoir longtemps pensé au suicide, même s'il n'est jamais passé à l'acte. "Le suicide m'a obsédé pendant longtemps", a-t-il expliqué "Tout me semblait tellement dingue que ça paraissait la seule solution : vivre était insupportable après ce qui s'était passé. J'ai aussi longtemps envisagé de disparaître, vivre à l'étranger, mais les enfants ne voulaient pas quitter la ville, leur vie, leurs copains, leurs repères...".

Pour tenter de s'en sortir, le chanteur, âgé aujourd'hui de 47 ans, a eu recours aux médicaments. Jusqu'à en devenir dépendant. "C'était une addiction dont j'ai eu beaucoup de mal à sortir", a-t-il confié. "Parler publiquement de ce qui s'est passé m'aurait peut-être aidé, mais ça aurait été indécent".

Par: rédaction 11/10/17 - 14h40