Un terrible accident a failli lui coûter sa carrière: son retour enragé

© DR.

Il aurait pu y rester. Ou en tout voir sa carrière s'arrêter brutalement. Dylan O'Brien, la jeune star de la trilogie "The Maze Runner" (en français "Le labyrinthe") a eu un terrible accident lors du tournage du troisième volet. Violemment percuté par une voiture, il a eu une commotion cérébrale, une fracture au niveau du visage et un traumatisme crânien parmi d'autres blessures plus légères. Il lui a fallu six mois pour réapprendre les actions les plus élémentaires du quotidien. Et alors qu'il traversait le pire moment de sa courte vie, Dylan O'Brien a pensé qu'il ne remettrait jamais les pieds sur un plateau.

"Je ne savais pas si j'allais pouvoir gérer tout ce que faire un film implique", nous confiait-il récemment lors de notre rencontre à Los Angeles. Physiquement, la récupération de Dylan a pris du temps et en regardant "American Assassin", au cinéma aujourd'hui, on constate qu'il a récupéré sa forme. On sent par contre que psychologiquement, l'acteur de 26 ans reste fragile.

"American Assassin" est son premier film depuis l'accident. Il avait déjà signé son contrat mais n'avait pas encore tourné une seule scène. Le réalisateur Michael Cuesto n'a pas su pendant longtemps s'il devait caster un autre acteur à sa place: Dylan n'a communiqué avec personne pendant quatre mois. Il avait besoin de temps pour retrouver ses esprits et la motivation. Finalement, se sentant "connecté" avec ce film violent, il a repris le chemin des studios. "C'était la bonne chose à faire."

Une scène d'ouverture terrible
Son personnage cherche à venger la mort de sa petite amie, tuée par des terroristes alors qu'ils profitaient ensemble de vacances au soleil. Il va être engagé par la CIA et devra suivre la rude formation dispensée par l'expert Stan Hurley (Michael Keaton, que nous avons rencontré également, tellement impassible qu'il manque parfois de crédibilité). La scène d'ouverture est terrifiante et renvoie à la fusillade qui a fait 39 morts et autant de blessés sur une plage de Sousse en Tunisie le 26 juin 2015.

"C'était une scène difficile à tourner et vous avez une grande responsabilité quand vous montrez ce genre de choses dans un film", admet Dylan. "La première chose que j'ai dit à Michael Cuesto après avoir lu le scénario est qu'il fallait qu'on gère cette scène de la bonne façon. Ça ne pouvait pas être hollywoodien, ça ne devait pas passer pour la célébration de cet acte horrible. Ça devait être dépeint de la façon la plus juste possible. Sinon vous ne rendez pas justice aux victimes."

"Honnêtement, c'est difficile pour moi de regarder cette scène d'ouverture. Comme c'était difficile à tourner: à la fois techniquement et émotionnellement. Mais je pense que la meilleure chose que vous pouvez faire en tant qu'acteur est de faire le portrait le plus juste d'un tel drame. C'est la réalité avec laquelle on doit faire aujourd'hui. Ce personnage est au centre d'une telle attaque."

© DR.
© ap.

Pour être le plus juste possible, Dylan a été conseillé par un ex-NAVY et un ex-CIA. "Ce gars a tout vu. Et la plupart des choses qu'il a vues, il ne peut pas en parler. Mais vous pouvez voir tout ce qu'il a enduré dans sa vie juste en le regardant dans les yeux. Rencontrer quelqu'un comme ça vous accorde le droit de faire ce film et de bien le faire. Cela vous permet de comprendre que des choses comme ça existent vraiment et que ce n'est pas seulement un film. Ce que des gars comme ça font est très sérieux, très courageux."

L'exutoire parfait après son accident
Dylan O'Brien a trouvé en Mitch Rapp son exutoire. Le personnage lui a permis d'exprimer toute la rage et la frustration qu'il ressentait depuis son accident. Ses peurs aussi. "On vit tous avec la peur du terrorisme aujourd'hui, c'est terrifiant. Pour jouer ça, j'ai pensé aux victimes, à la peine que les proches ressentent, au choc qu'un attentat provoque, à la douleur de la perte de quelqu'un qu'on aime. Je me remettais de ma blessure quand le film se préparait. De mon point de vue personnel, j'ai vécu aussi une expérience traumatisante. J'ai eu des moments difficiles et ils sont toujours là, ils feront toujours partie de moi."

"American Assassin" aura peut-être une suite. Le film s'inspire d'une série de 15 bouquins écrits par l'auteur décédé de façon précoce Vince Flynn. Il y a donc de la matière. "Ce film sera peut-être une franchise, c'est quelque chose que je connais bien", sourit Dylan en faisant référence à "The Maze Runner". "J'ai hésité à cause de ça parce qu'en tant qu'acteur, je cherche à avoir la liberté de trouver de nouveaux rôles. Mais je voulais être celui qui allait raconter cette histoire et je pensais que c'était le bon geste à poser après mon accident. Je me sentais proche de l'histoire. De toute façon, il fallait d'abord faire le premier film pour savoir si ça allait devenir une franchise. Je n'ai pas de pouvoir sur la suite."

La suite, justement, il l'espère un peu plus légère, un peu plus amusante. Celui qui a commencé à jouer sur sa chaîne YouTube en postant des vidéos humoristiques alors qu'il était encore à l'école (elles sont encore visibles ici) aimerait qu'on pense à lui pour des rôles plus drôles. "J'aimerais bien faire une comédie. Mélanger un peu les genres. Dites-leur que je peux être drôle à nouveau", nous glisse-t-il dans un grand sourire.

© photonews.
© ap.

Par: Deborah Laurent 11/10/17 - 07h00