Les travailleurs de Delhaize "en ont ras-le-bol" (la liste des magasins fermés)

© Photonews.

Les travailleurs d'une quinzaine de grandes surfaces Delhaize à travers le pays ont spontanément arrêté le travail vendredi, a fait savoir la CNE. Les employés du groupe de grande distribution protestent contre les suites du plan de restructuration de 2014.

Le mouvement avait débuté vers 9h en région bruxelloise dans les magasins Léopold III, Defré, Fort Jaco et Arbre Ballon. Il s'est étendu en cours de matinée à plusieurs autres magasins à Bruxelles, ainsi qu'en Wallonie (Mons, Epinois) et en Flandre, selon le SETCa.

17 magasins fermés
Sont concernés ce vendredi après-midi 17 supermarchés Delhaize à savoir les magasins Léopold III, De Fré, Fort Jaco, Arbre Ballon, Roodebeek, Charles Quint, Karreveld, Westland, Mutsaard, Charles Woeste, Hermann Debroux, Boendael, Chazal et Prince de Liège, ainsi que ceux de Mons, Hornu et Epinois.

"Les travailleurs en ont ras le bol", explique Manuel Gonzalez, secrétaire permanent régional pour Bruxelles et le Brabant wallon. C'est particulièrement la gestion du plan de restructuration décidé en juin 2014, qui prévoyait le départ de 1.800 collaborateurs, qui suscite le courroux des employés.

10 à 15 personnes en moins
"Chaque magasin doit fonctionner avec dix à quinze personnes en moins", souligne Rosetta Scibilia, déléguée CNE. Le service à la clientèle et l'approvisionnement des rayons en subissent les conséquences, ce qui a également un impact sur le chiffre d'affaires. Une baisse des ventes dont la direction de Delhaize tient les travailleurs pour responsables, selon la déléguée syndicale. "Nous craignons une nouvelle catastrophe", sous la forme d'un nouveau plan, poursuit-elle.

Le personnel demande un renfort structurel, et non ponctuel sous la forme de CDD ou de contrats étudiants, comme c'est le cas actuellement. "Ces engagements précaires, qui engendrent roulement de personnel, désorganisation, insécurité d'emploi et manque évident d'intérêt du management pour le savoir-faire de la base, ne sont pas une solution efficace au manque de bras", dénonce le SETCa.

Par: rédaction 17/03/17 - 15h00