Première défaite pour Anderlecht, Charleroi reste en tête

© belga.

Toujours aussi peu inspiré sur le plan offensif, Anderlecht a concédé sa première défaite de la saison sur la pelouse de Charleroi (55e Baby, 1-0; 90e Benavente, 2-0). Après trois journées de championnat, le Sporting a inscrit un seul but, empoché quatre points sur neuf et se retrouve hors du top 6. Anecdotique? Oui, évidemment. Mais Weiler devra vite trouver des solutions pour enrayer la panne offensive symbolisée par Lukasz Teodorczyk. Penneteau a dû réaliser son premier véritable arrêt à la... 84e minute. Charleroi poursuit son parcours sans faute et rejoint Bruges en tête.

Revivre le direct commenté

Voir les plus belles photos

1) Où est le spectacle?

0-0, victoire 1-0, défaite 2-0... Anderlecht n'a pas vraiment régalé les amateurs de buts depuis l'entame du championnat. Tant que le Sporting ne perdait pas, on vantait les mérites de l'organisation. Un discours qui va évidemment prendre une autre tournure après cette première défaite de la saison. Face à Charleroi, les Bruxellois ont montré toujours aussi peu d'idées dans les trente derniers mètres adverses. Un but inscrit en trois matches, c'est peu. Très peu. Mais ce qui est peut-être davantage inquiétant, c'est le peu d'occasions créées. Un constat d'application surtout pour les deux dernières rencontres. Défensivement, ils n'ont rien concédé à part une frappe à distance (magnifique) de Baby, avant de se faire ridiculiser par Benavente dans les arrêts de jeu. Suffisant pour repartir les mains vides. Anderlecht doit retrouver le moyen de se montrer dangereux. Quitte à changer certains pions "intouchables"?

2) Où sont Teodorczyk et Chipciu?
Weiler rend-il vraiment service à Teodorczyk en lui maintenant sa confiance en tant que titulaire? Les critiques risquent de s'accroitre sur lui et son attaquant au fil des semaines. Le Polonais offre de la bonne volonté mais, pour le moment, c'est à peu près tout. A sa décharge, il n'est jamais bien servi par ses coéquipiers dans la surface de réparation. Il symbolise le mal offensif du Sporting, mais n'est pas le seul responsable. Plutôt épargné par les observateurs, Chipciu ne s'illustre pas non plus par de brillantes prestations. La différence? Le Roumain n'a pas marqué 22 buts la saison passée et échappe aux critiques. Pas vraiment à juste titre. A Charleroi, il a encore réalisé un match insipide et... disputé les 90 minutes. Dans les petits papiers de Weiler, il semble indéboulonnable. En attendant, Bruno attend de recevoir sa chance.

3) Où est Charleroi?
Pour cette troisième question, on a la réponse: en tête du championnat. Après trois matches, Charleroi a marqué huit fois plus de buts qu'Anderlecht (8 pour 1), est parvenu à garder deux fois le zéro, a pris neuf points sur neuf possibles et est co-leader de la compétition avec Bruges. Que dire de plus? Mazzu semble déjà avoir trouvé la bonne formule pour faire oublier le départ de Marcq à Gand.

Weiler va-t-il maintenir sa confiance en Teodorczyk et Chipciu? © photo news.
© photo news.
Mazzu et Charleroi poursuivent leur sans faute. © photo news.

Par: rédaction 13/08/17 - 19h53