Explosions à Dortmund: piste islamiste ou d'extrême gauche?

© getty.

Mardi soir, trois charges explosives ont détonné près du bus de l'équipe du Borussia Dortmund. Il y a deux blessés: Marc Bartra (défenseur du club allemand) et un agent de police. Une lettre a été retrouvée près du lieu des explosions. La piste islamiste est étudiée par la police allemande, selon l'agence de presse DPA et des médias allemands. Les enquêteurs examinent aussi l'authenticité d'une deuxième revendication provenant de l'extrême gauche anti-fasciste. Ce mercredi, la police recherche une voiture immatriculée "à l'étranger", indique Bild. Le duel entre Dortmund et l'AS Monaco se jouera finalement ce soir (18h45). Solidaire, le club allemand lancé le hashtag #bedforawayfans (lits pour supporters en déplacement) à l'attention des supporters monégasques pour les aider à trouver un logement pour la nuit à Dortmund.

Que s'est-il passé?
Trois charges explosives ont détonné près du bus de l'équipe du Borussia Dortmund, dans le quartier de Höchstern, à une dizaine de kilomètres lieu du match, alors que les joueurs venaient de quitter l'hôtel pour se rendre au stade où les joueurs allemands devaient affronter Monaco en quarts de finale de la Ligue des champions. Des vitres ont alors volé en éclat. Les doubles vitrages du bus ont été très endommagés, le véhicule noir à écusson jaune a été visiblement brûlé sur le côté droit et à l'arrière, à hauteur des joueurs.

"Le bus s'est mis en route" lorsque "trois charges explosives ont détoné", a expliqué un porte-parole de la police allemande. Ces charges avaient été placées sur la route. "Le bus a été endommagé en deux endroits", a indiqué le Borussia Dortmund.

Les trois explosions visaient directement le Borussia, a indiqué le chef de la police locale. "Nous partons du principe, et nous l'avons fait dès le départ, qu'il s'est agi d'une attaque qui visait directement le bus" de l'équipe, a déclaré Gregor Lange lors d'une conférence de presse. Le parquet local a par ailleurs révélé qu'une "lettre" avait été retrouvée près du lieu des explosions. "Son authenticité est en cours de vérification", a-t-il ajouté, sans donner de détail sur son contenu.

© getty.

La piste terroriste examinée
La police allemande examinait mercredi une éventuelle piste islamiste dans l'attaque à l'explosif contre le bus des joueurs de Dortmund avant un match crucial, un incident qui a jeté un froid sur la Ligue des champions. La triple explosion mardi soir, juste avant le quart de finale aller Dortmund-Monaco, est aussi venue ternir l'affiche de rêve Bayern Munich-Real Madrid prévue dans la soirée mercredi.

Selon le journal Süddeutsche Zeitung, les chaînes WDR et NDR ainsi que l'agence DPA, une lettre retrouvée sur les lieux de l'attaque écrite "au nom d'Allah, le clément, le miséricordieux", évoque la participation de l'Allemagne à la coalition contre l'EI ainsi que l'attentat sur un marché de Noël de Berlin en décembre revendiqué par cette organisation jihadiste.

D'après la Süddeutsche Zeitung, les enquêteurs restent cependant très prudents: "Il est possible que ceux qui ont commis l'acte aient voulu créer une fausse piste", écrit le journal.

Le parquet fédéral, seul compétent en matière de terrorisme, a annoncé mercredi matin avoir pris en main l'enquête sans pour autant indiquer quelle piste il privilégiait. Une conférence de presse est prévue vers 14h00 (12H00 GMT) à son siège à Karlsruhe (ouest). Dès mardi soir, les enquêteurs se sont concentrés sur la lettre de revendication retrouvée sur les lieux mais ils n'en n'ont pas révélé le contenu.

Ce n'est pas tout. Les enquêteurs examinent aussi l'authenticité d'une deuxième revendication provenant de l'extrême gauche anti-fasciste, après la triple explosion qui a visé le bus de l'équipe de football de Dortmund mardi soir. Selon les informations de l'agence de presse DPA, un texte diffusé sur internet tard mardi affirme que l'attaque a été menée contre le bus en tant que "symbole de la politique de BVB" (acronyme du club), ne luttant pas assez contre les racistes, nazis et populistes de droite.

Le style du texte diffusé sur le net est apparemment commun à la scène d'extrême-gauche allemande. Dortmund a déjà eu des problèmes avec certains groupes au sein de sa large communauté de supporters, notamment lors d'un match de la Bundesliga en février contre RB Leipzig. Des supporters de Dortmund avaient alors attaqué des fans de Leipzig et des banderoles contenant des insultes avaient été affichées. Des sanctions de l'union allemande de football (DFB) avaient suivi.

La vigilance des forces de sécurité allemandes est renforcée depuis les attentats de 2016 dans le pays, notamment celui du marché de Noël au camion-bélier en décembre à Berlin (12 morts, 48 blessés) revendiqué par l'EI, dans un contexte de menace jihadiste permanente en Europe.

Le quotidien Bild, journal le plus lu d'Allemagne et généralement bien informé sur ces dossiers, rapporte que les enquêteurs pensent avoir affaire à des bombes artisanales confectionnées avec des sections de tuyau. Le journal affirme aussi que la police recherche une voiture immatriculée "à l'étranger"

© getty.
© epa.

Deux blessés: Bartra et un policier
Dans l'explosion, un joueur du club allemand a été blessé. Il a été transporté à l'hôpital. ll s'agit du défenseur espagnol Marc Bartra. Il a été opéré du poignet, où s'étaient logés des débris de verres. L'Epagnol a reçu le soutien de Mariano Rajoy, le chef du gourvenement espagnol et de son ancien club, le FC Barcelone.

"Après l'explosion, nous nous sommes tous baissés dans le bus, ceux qui pouvaient se sont couchés par terre", a raconté le gardien de but suisse de Dortmund, Roman Bürki, à Blick.ch. Il était à côté de Marc Bartra au moment des explosions.

Un agent de police à moto a aussi été blessé dans la triple explosion survenue mardi soir près du bus de l'équipe de football allemande de Dortmund, ont confirmé les autorités allemandes à l'aube mercredi.

L'homme a été touché par l'explosion et est sous le choc. Il n'est pas apte à travailler pour le moment, poursuit le communiqué.

© photo news.
© getty.

Match reporté
Après avoir été retardé dans un premier temps, le match a été reporté à mercredi. Il se jouera à 18¿h¿45, avant les deux autres quarts Bayern Munich - Real Madrid et Atlético Madrid - Leicester. L'annonce du report a été faite au micro du stade. Et le speaker a demandé au public présent de rester encore "environ une demi-heure" avant de sortir après avoir assuré qu'il n'y avait "aucune raison de paniquer" dans le contexte actuel de crainte d'attentats.

"J'espère que l'équipe sera, dans une certaine mesure, en état de se présenter demain pour un match de compétition, a souhaité Watzke. "Dans une telle situation de crise, tous les supporters du Borussia se serrent les coudes". "Les joueurs vont réussir à dépasser cela et à jouer", a promis pour sa part le président du Borussia, Reinhard Rauball. "Le pire, ce serait que ceux qui ont mené cette attaque arrivent à leurs fins".

Solidaires, les quelques 3 000 supporters de Monaco ont scandé plusieurs fois: "Dortmund! Dortmund!", applaudis par le reste du stade. Ensuite, le stade s'est progressivement vidé, puis les joueurs de Monaco sont venus disputer un petit entraînement sur la pelouse. Solidaire, le club allemand lancé le hashtag #bedforawayfans (lits pour supporters en déplacement) à l'attention des supporters monégasques pour les aider à trouver un logement pour la nuit à Dortmund.

© afp.

Christophe Da Silva (avec AFP) 12/04/17 - 10h24