Pas de miracle, mais un joli baroud d'honneur pour Anderlecht

Anderlecht a soigné ses adieux à la Ligue des Champions en s'offrant sa première victoire de la saison sur la scène européenne.  Victorieux sur le terrain du Celtic (62e csc, 0-1)  au terme d'une prestation aboutie et d'une première mi-temps de qualité. Le Sporting a fait le match qu'il devait faire pour sauver l'honneur et débloquer symboliquement le compteur. Insuffisant, c'était prévisible, pour hériter de la troisième place qualificative pour l'Europa League. Les Bruxellois peuvent se focaliser à 100% sur le championnat.

Le match

Face au Bayern, Anderlecht avait enfilé pour la première fois le costume Ligue des Champions. Une tenue à nouveau portée sur la pelouse du Celtic. Dès la première minute et durant toute la première mi-temps, les Bruxellois ont pressé très haut, ont monopolisé le ballon et ont offert quelques jolis mouvements. Une sérénité dans la circulation, une apparente confiance dans l'exécution de gestes techniques osés, on avait plus vu le Sporting aussi séduisant depuis très longtemps. En seconde période, le rythme a baissé, au contraire de l'efficacité. Sur sa première et seule demi-occasion après le repos, le Sporting a inscrit l'unique but du match via une déviation malencontreuse de Simunovic, poussé à la faute par Gerkens. Sortie réussie pour Anderlecht qui  termine son chemin de croix européen par deux prestations convaincantes et une victoire.

© belga.

L'homme du match

Adrien Trebel
C'est parfois compliqué d'en trouver un. Cette fois, on aurait pu en citer plusieurs. Hanni, Dendoncker et Onyekuru pour sa première période auraient aussi pu prétendre à ce titre. Toujours aussi combatif et précieux à la récupération, le Français est sans doute l'Anderlechtois le plus régulier depuis le début de la saison. C'est lui qui arrache le cuir pour le céder à Appiah sur le centre qui amène le but. Visiblement en pleine confiance, il n'a pas hésité à tenter sa chance à distance et s'est aussi illustré par une sublime reprise acrobatique. Un match plein. Comme d'habitude, on est tenté d'écrire.

© belga.
© belga.

Le moment marquant

La montée de Teodorczyk... à la 78e
Alors que le Sporting devait inscrire au moins trois buts pour tenter d'arracher son billet pour l'Europa League, les trois "numéro 9" bruxellois étaient sur le banc pour débuter la rencontre. Un terrible désaveau pour Teodorczyk, Harbaoui et Beric. Même le scénario du match et l'ouverture du score à l'heure de jeu n'ont pas poussé Vanhaezebrouck à faire confiance à l'un de ses attaquants. Le Polonais n'a eu droit qu'à 12 minutes, les autres n'ont même pas eu l'opportunité de monter au jeu.

© photo news.

La statistique

12
Cela faisait 12 ans qu' Anderlecht n'avait plus gagné à l'extérieur en Ligue des Champions. C'était le 6 décembre 2005 sur la pelouse du Bétis grâce à un but de Vincent Kompany. Un succès qui, à l'instar de celui acquis au Celtic, avait permis de débloquer le compteur des Mauves.

La déclaration

 
"Forcément, il y a des regrets"
Sofiane Hanni au micro de RTL

Le tweet

La question

Quel mercato pour Anderlecht?
On s'en doutait depuis l'élimination en Coupe de Belgique la semaine dernière face au Standard, Anderlecht n'est plus en lice que dans une seule compétition alors que l'on vient à peine d'entamer le mois de décembre. Une situation qui pourrait influencer le mercato hivernal. Etre actif sur trois fronts ou sur un seul, ce n'est évidemment pas la même chose. Doit-on s'attendre à plusieurs départs en janvier? Cela parait probable. Les candidats? Stanciu n'a pas caché ses envies d'ailleurs, Chipciu a disparu de la circulation dès l'arrivée de HVH, Beric ne joue pas et Harbaoui n'arrive pas à profiter de la méforme de Teodorczyk pour se faire une place dans le onze... On imagine aussi que Vanhaezebrouck va glisser à sa direction quelques noms susceptibles d'intégrer son système. Le mois de janvier risque d'être agité pour Herman Van Holsbeeck.

Par: rédaction 5/12/17 - 22h34