On sait enfin comment Han Solo a rencontré Chewie (on n'est pas trop déçu)

Le spin off de "Star Wars" sur la jeunesse de Han Solo a été présenté hier soir à Cannes. Dans le rôle que tient Harrison Ford dans les épisodes mythiques, Alden Ehrenreich. Au niveau charisme, ce n'est pas tout à fait la même chose...

Les stars hollywoodiennes sont peu nombreuses à être venues parader sur le tapis rouge cette année. Pour exciter un peu la foule, le Festival de Cannes a donc décidé de programmer "Solo: A Star Wars Story" hors compétition. De quoi garantir un peu d'action sur la Croisette. Et niveau action, pas de déception à l'horizon. 

Le film commence par plus de trente minutes de tirs dans tous les sens. Ca se poursuit, ça se dézingue, c'est la guerre et ça semble ne jamais en finir. Ce spin off se concentre sur la jeunesse de Han Solo. Alden Ehrenreich a eu la lourde tâche d'essayer de faire oublier Harrison Ford et il n'y arrive qu'à moitié. Il faut un peu s'ébrouer pour oublier la prestance du Han Solo qu'on connaît, le grisonnant, celui qui emballe la Princesse Leïa. Ici, plus naïf qu'insolent, il est amoureux fou de Qi'ra dont il sera séparé brutalement.

© DR.

Qui'ra est jouée par Emilia Clarkes, Daenerys Targaryen dans "Game of Thrones". Ce rôle la poursuivra probablement toute sa vie et elle tente de s'en départir en étant perpétuellement souriante à l'écran comme pour trancher avec son attitude de mère des dragons dans la série qui l'a révélée. Etrange et pas très convaincant. Les deux personnages les plus intéressants sont ceux de Woody Harrelson, mentor roublard de Solo, et de Donald Glover, charismatique Lando Calrissian.

Le petit manque d'épaisseur des deux personnages principaux est compensé par quelques révélations attendues. On a longtemps imaginé, on a désormais des images pour expliquer: on sait désormais comment Han Solo a rencontré Chewbacca et comment il s'est retrouvé aux manettes du Faucon Millenium. On saluera aussi le talent de la mise en scène de Ron Howard, qui a été parachuté sur le projet en cours de route après le licenciement de Phil Lord et Chris Miller. 

"Solo: A Star Wars Story" est un excellent divertissement pour qui n'en attend pas autre chose. Au cinéma le 23 mai.

© DR.
© DR.
© DR.

Deborah Laurent 16/05/18 - 10h06