Odieux, insultant et souvent insulté, portrait de l'homme qu'on a envie de gifler

© DR.

Nous avions vu "Le Redoutable" au cinéma ce mercredi au Festival de Cannes. On vous remet notre critique publiée en mai dernier.

Jean-Luc Godard est odieux, radical, prétentieux, narcissique. Insultant et souvent insulté, il faisait, il est vrai, un parfait personnage de film. Michel Hazanavicius ("The Artist") s'en est emparé et le réalisateur de La Nouvelle Vague est incarné par Louis Garrel, fils de Philippe Garrel, cinéaste que Godard admire. Jusque-là, ça ne devrait pas trop l'énerver.

Ne comptez pas cependant sur Godard pour réagir à ce film. Celui qui a réussi à faire arrêter la compétition cannoise en mai 1968 (avec Truffaut) s'en fout ou en tout cas fait bien semblant. Il n'était pas venu chercher son prix en 2014, il ne foulera évidemment pas le tapis rouge demain: Godard est au-dessus de tout ce cirque.

"Le redoutable", qui a débuté avec une grosse demi-heure de retard suite à une alerte à la bombe, se concentre sur le mariage de Jean-Luc Godard et Anne Wiazemsky, de 17 ans sa cadette. Anne, qui n'a plus de nouvelle de son ex-mari "depuis très longtemps", avait écrit un livre sur leur histoire ("Un an après"). Le film de Hazanavicius est basé sur ces écrits. Jean-Luc et Anne se sont mariés en 1967. La révolution de 1968, les idées arrêtées de Godard, sa jalousie et sa parano, ont eu raison de leur amour. Tout ce qu'elle sait de lui désormais tient en une phrase: "Je sais qu'Hazanavicius, par prudence, ne lui a pas envoyé de DVD", a-t-elle confié.

Louis Garrel livre une prestation qui mériterait d'être récompensée au palmarès. Tics de langage, accent, attitude, il est Jean-Luc Godard. Dans une interview accordée à l'AFP, Anne Wiazemsky n'en revient pas: "J'ai été hypnotisée par la ressemblance hallucinante entre Louis Garrel et Jean-Luc. Il parle comme lui. Comment il a piqué ce phrasé, je ne sais pas, c'est le travail de l'acteur."

Hazanavicius livre un film bien plus réussi que le précédent ("The Search"). "Le redoutable" est drôle, rythmé, plein de références visuelles inventives qui aident à la compréhension de certaines scènes ou qui amènent un autre regard sur l'image. Hazanavicius profite de Godard pour se moquer de Cannes, des acteurs, des réalisateurs et du cinéma en général. La mise en abyme est réussie, on ne sait parfois pas si c'est Godard qui parle, Garrel ou Hazanavicius par la voix de Garrel. L'ensemble bien qu'agréable reste anecdotique: même si Godard est en proie aux doutes artistiques ou politiques, cette parenthèse amoureuse et révolutionnaire ne provoque en nous que l'envie de gifler très fort ce génie insupportable.

© DR.
© DR.

Par: Deborah Laurent 21/05/17 - 08h00