Jusqu'à -25°C ressentis à Pyeongchang : comment les athlètes gèrent le froid

© (Twitter).

Des technologies modernes au bon vieux chocolat chaud, tout est bon pour lutter contre le froid polaire à Pyeongchang.

La météo a jeté un froid sur les Jeux Olympiques d'hiver. La température a atteint les -20°C (-25°C ressentis) à Pyeongchang. Un froid glacial qui complique la vie des athlètes.

Avec leurs températures anormalement élevées et leurs neiges fondues, les deux précédents JO d'hiver (Vancouver et Sotchi) avaient eu dû mal à mériter leur nom. Les agences météorologiques prévoient que les JO 2018 soient les plus froids depuis ceux de Lillehammer (en 1994).

Et même si Pita Taufatofua, le porte-drapeau et seul représentant du royaume des Tonga aux Jeux d'hiver, a paradé torse nu et huilé pour la cérémonie d'ouverture, les autres athlètes n'ont pas forcément envie de l'imiter. (continuez à lire sous la vidéo)

Gérer correctement ce froid polaire est devenu capital pour les sportifs. S'ils ne prennent pas les précautions nécessaires, les athlètes pourraient passer à côté de leurs objectifs.

"Team USA", par exemple, peut compter sur des vestes chauffantes high-tech pour les JO 2018. Elles ont été conçues par la marque Ralph Lauren. Ces parkas sont équipés d'un système de chauffage intégré à encre conductrice. Ils incorporent une zone chauffante située à l'intérieur au niveau du dos. Cet habit révolutionnaire est relié à une application sur le smartphone des sportifs afin de pouvoir contrôler la température. Son prix? 2.000 euros.

Le Canada bien habillé
Pour garder les athlètes bien au chaud, le Canada a opté pour un parka résistant à l'eau et au vent, avec capuchon. Une belle tenue signée La Baie d'Hudson.

"À titre d'habilleur officiel d'Équipe Canada, nous voulions éveiller l'esprit olympique du pays et préserver notre réputation comme l'une des équipes les mieux habillées des Jeux olympiques d'hiver",  a même déclaré Alison Coville, présidente de La Baie d'Hudson. (continuez à lire sous la vidéo)

Les conditions climatiques ont tellement été rudes à Pyeongchang que, samedi, le slalom géant dames a été reporté en raison des vents violents qui balayaient la station de Yongpyong.

L'une des innovations de ces JO 2018 pour les athlètes a été l'utilisation des bandes de kinésiologie (l'utilisation thérapeutique des mouvements du corps). Elles sont appliquées sur différentes parties du corps comme le dos, les jambes ou le visage.

Elles ont tout pour plaire
Ces rubans de couleur favoriseraient la circulation sanguine le drainage lymphatique et diminueraient le gonflement, tout en apaisant la douleur. De plus, le taping permettrait d'améliorer l'amplitude des mouvements.

En coton hypoallergénique, portables jusqu'à cinq jours, lavables et résistantes à l'eau, peu coûteuses (moins de dix euros), les bandes de kinésiologie ont tout pour plaire.

Comme "un radiateur"
Pour lutter contre le froid, un nouvel objet s'est invité aux JO 2018: le "Lungplus". Vous l'avez peut-être remarqué, certains athlètes le mettent en bouche pendant leurs efforts. Cette trouvaille permet de réchauffer l'air que les sportifs inspirent.

"Le fonctionnement de cet appareil peut être comparé à celui du radiateur d'une voiture. Il permet de réduire le risque de bronchite", a déjà fait savoir le cycliste Bobbie Traksel.

L'une des innovations de ces JO 2018 pour les athlètes a été l'utilisation des bandes de kinésiologie (l'utilisation thérapeutique des mouvements du corps). Elles sont appliquées sur différentes parties du corps comme le dos, les jambes ou le visage. © (Twitter).

Christophe Da Silva 13/02/18 - 16h13