Deux mille hippocampes séchés trouvés dans des bagages à Brussels Airport

© thinkstock.

Trois ressortissants chinois dans les bagages desquels les services de douane de Brussels Airport ont découvert jeudi 2.063 hippocampes séchés ainsi qu'un bracelet et un dragon en ivoire, ont été placés sous mandat d'arrêt vendredi. Les suspects âgés de 30, 48 et 52 ans étaient en transit à Brussels Airport où ils sont arrivés à bord d'un vol en provenance de Freetown, en Sierra Leone. Ils avaient l'intention de poursuivre leur voyage à destination de Pékin sans disposer des autorisations nécessaires pour ce type de produits, a indiqué vendredi le parquet de Hal-Vilvorde.

Le parquet avait demandé leur placement sous mandat d'arrêt pour violation de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES). Les hippocampes et les éléphants sont en effet menacés d'extinction et sont donc des espèces protégées. Le commerce de ces dernières et de leurs produits dérivés est soumis à des conditions très strictes.

Utilisés comme aliments, médicaments ou souvenirs
"Il existe malheureusement un commerce illégal et lucratif d'hippocampes et d'ivoire car en Asie, ils y sont utilisés comme médicaments, aliments puisqu'ils sont considérés comme des aphrodisiaques, ou vendus comme souvenirs. Ce commerce nuit gravement à la biodiversité", a indiqué le parquet de Hal-Vilvorde. "En raison de ses bonnes correspondances avec l'Afrique et l'Asie, Brussels Airport est potentiellement une route de transit intéressante pour les trafiquants."

La peine maximale encourue pour les trafiquants d'espèces menacées est de cinq ans de prison et/ou d'une amende de 300.000 euros.

En décembre 2016, le tribunal correctionnel néerlandophone de Bruxelles a condamné un Malien de 54 ans à 15 mois de détention pour avoir introduit frauduleusement 56 pièces d'ivoire travaillé depuis le Congo vers Zaventem.

Par: rédaction 21/04/17 - 14h15