Ben Weyts fait fermer l'abattoir de l'horreur

Auto start Auto next Pub delayed Admin name :

L'abattoir Verbist a été fermé sur ordre du ministre flamand en charge du Bien-être animal, a fait savoir son cabinet.

L'abattoir Verbist d'Izegem, qui affirmait procéder à l'abattage des bovins "dans les règles de l'art" malgré les vidéos de cruauté animale dévoilées hier, fait l'objet d'un ordre de fermeture avec effet immédiat, fait savoir Ben Weyts, ministre flamand en charge du Bien-être animal. La réaction du ministre N-VA, qui se dit profondément choqué et déçu par l'attitude de cette maison réputée, ne s'est pas fait attendre.

Effectifs doublés
"Le chemin vers le respect du bien-être animal est sacrément long", s'est indigné le ministre auprès de la VRT. Et d'avertir ceux qui sont jusqu'ici passés entre les mailles du filet: "Celui qui pense que nous n'iront pas au bout de nos convictions n'a qu'à bien se tenir".

L'abattoir d'Izegem, qui recevait l'inspection en matinée, doit fermer immédiatement.  Des scellés ont été apposés, selon le porte-parole de M. Weyts. L'entreprise pourra rouvrir ses portes lorsqu'elle aura satisfait aux exigences légales.

"Ces images me confortent dans mon ambition de durcir les règles que ce soit en matière d'exigences ou d'inspections. Ces dernières bénéficient maintenant d'un effectif doublé. Ces personnes se mettent déjà au travail", résume-t-il. Du personnel supplémentaire sera encore engagé. "Il nous faut plus de gens au sein des abattoirs", concède Weyts avec lucidité. Les inspecteurs rendront rapidement leurs rapports.

Insoutenable
Pour rappel, l'association de protection animale Animal Rights a publié sur internet une vidéo insoutenable du calvaire enduré chez Verbist à Izegem par les animaux destinés à la consommation. Dans ce condensé des 59 heures de film enregistrées via des caméras cachées dissimulées par un employé complice de l'ASBL, les animaux vivent leurs dernières heures en enfer. Suspendus par les pattes arrière en attendant d'être égorgés, des bovins sont littéralement en panique car ils ne sont pas correctement étourdis comme le prescrit la loi. Certains se cambrent et tentent d'échapper à leur sort, dans l'indifférence générale. Ce mépris de leur souffrance est corroborré par l'utilisation répétée et inappropriée d'un taser par un employé de l'abattoir tandis que des ouvriers tranchent la gorge de bêtes totalement conscientes.

Schokkende beelden uit slachthuis Izegem - 4' from Animal Rights on Vimeo.

Par: rédaction 12/09/17 - 12h00