Quand l'exploitation gazière entraîne des "séismes" aux Pays-Bas

© anp.

La justice néerlandaise a ordonné jeudi l'ouverture d'une enquête pénale contre le groupe Nederlandse Aardoliemaatschappij (NAM) dont l'exploitation du plus grand gisement européen de gaz naturel à Groningue (nord) a entraîné des séismes ayant causé aux habitations des dommages potentiellement mortels.

La cour d'appel d'Arnhem-Leeuwarden a indiqué dans un communiqué avoir ordonné au procureur "de saisir le juge-commissaire pour qu'il mène une enquête plus approfondie sur des destructions ou dommages aux habitations susceptibles de faire courir un danger de mort, commis par la NAM entre le 1er janvier 1993 et le 14 avril 2015 dans la province de Groningue".

Plaignants
Saisie par plusieurs plaignants, dont l'association "Mouvement du sol de Groningue" (GBB), l'instance judiciaire a ainsi invalidé une décision du ministère public de ne pas mener d'investigation pénale à la suite d'une plainte reçue en 2015 au motif que l'affaire relevait du civil.

Responsabilité réévaluée
L'examen de l'éventuelle responsabilité pénale de la NAM a été écarté "à tort", a souligné la cour. "Une telle enquête devra désormais être menée, après quoi une décision définitive pourra être prise sur l'opportunité d'engager des poursuites", a-t-elle précisé.

Groningue
La NAM, détenue à parité par les géants pétroliers Shell et ExxonMobil, a déjà été contrainte à plusieurs reprises de réduire la production du gisement de Groningue, le plus grand de l'Union européenne, après des séismes à répétition.

Nombreux dégâts
Ces secousses, qui sont allées croissant depuis le début de l'exploitation en 1963, ont causé de nombreux dégâts aux habitations, fermes et bâtiments historiques.

Par: rédaction 20/04/17 - 17h41