La police prendra les critiques en compte suite aux émeutes à Bruxelles

© Twitter.

Des critiques circulent dans différents médias dimanche au sujet de l'intervention de la police locale bruxelloises lors des émeutes survenues samedi soir. Ces critiques portent principalement sur la lenteur d'intervention des forces de l'ordre et émanent notamment de commerçants pillés. "Nous en tiendrons compte dans l'évaluation que nous ferons sur ces faits", indique Olivier Slosse, porte-parole de la zone de police de Bruxelles-Capitale Ixelles.

"Il s'agit de questions et de préoccupations légitimes auxquelles nous ne voulons pas rester sourds", ajoute le porte-parole. "Nous en tiendrons compte lors de notre débriefing.

Dans de telles circonstances, nous voulons d'abord rétablir l'ordre pour que les services de secours puissent faire leur travail. A un certain moment, les pompiers ont également été victimes d'intimidation et n'ont donc pas pu le faire. Dès que l'ordre est rétabli, nous pouvons poursuivre et nous tourner vers les aspects matériels. Mais nous comprenons et nous regrettons bien sûr que certaines personnes se soient senties menacées." La police s'était préparée à des débordements et de possibles émeutes, samedi soir.

"Lors de telles occasions, il y a toujours un risque que la situation devienne hors de contrôle. Un peloton du service d'intervention était présent sur place à partir de 20h00 avec une autopompe et un renfort de la police fédérale. Nous avons intensifié nos interventions en cours de soirée, avec un peloton supplémentaire de notre service d'intervention et nous avons eu l'appui de deux autres zones de police bruxelloises. La police d'Anvers a également envoyé deux sections en renfort. Mais nous avons été surpris par l'intensité et la rapidité avec laquelle certains auteurs ont pillé des commerces."

Damien Rieu on Twitter

Bruxelles : Renversement d'une camionnette lors des incident suite à la qualification du #Maroc au #Mondial2018 https://t.co/5op2Bm2dyv

Rapidité et sang-froid
Les émeutes de samedi soir sont "inacceptables", a estimé dimanche le bourgmestre de Bruxelles Philippe Close. Ce dernier a salué l'intervention rapide des forces de l'ordre, qui ont agi "avec professionnalisme et circonspection". La police "est extrêmement bien formée et était prête".

"Elle a gardé son sang-froid et donc pu réagir rapidement, ce qui a permis de limiter les dégâts, même si ceux-ci sont évidemment de trop pour les personnes qui les subissent", indique le bourgmestre dans un réaction à Belga. La priorité des forces de l'ordre dans ce genre de situation est de "rétablir l'ordre", rappelle-t-il, après que plusieurs critiques ont circulé dans les médias sur le manque de rapidité d'intervention des policiers dans les magasins pillés.

Philippe Close a la ferme intention de demander au parquet de poursuivre les fauteurs de trouble. "Le football doit rester une fête, et je suis toujours ouvert à des fêtes à la Bourse. Or ce qui s'est passé n'est pas une fête, mais de la casse."Des émeutes, impliquant environ 300 personnes, ont éclaté à Bruxelles samedi soir, quelques minutes après la qualification de l'équipe nationale marocaine de football pour la prochaine Coupe du monde en Russie.

Sergiu Hîncu

Sergiu Hîncu was live - in Brussels, Belgium.

"Agression inacceptable"
Les émeutes qui ont éclaté à Bruxelles samedi soir, quelques minutes après la qualification de l'équipe nationale marocaine de football pour la prochaine Coupe du monde en Russie, sont "inacceptables", a réagi sur Twitter dimanche matin le ministre de l'Intérieur Jan Jambon. "Agression inacceptable dans le centre de Bruxelles. Le vivre-ensemble implique le respect, aussi pour les policiers qui s'engagent pour notre sécurité nuit et jour", indique-t-il sur le réseau social.

Jan Jambon ne s'exprime pas au sujet des critiques de commerçants sur le manque de rapidité d'action de la police. Son porte-parole indique par ailleurs que le ministre est étonné que personne n'ait été interpellé. La situation sera évaluée pour voir ce qui peut être amélioré à l'avenir.

Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders a également déploré sur Twitter les événements. "Je condamne les émeutes, les destructions de biens et d'équipements au centre de Bruxelles. Le football doit toujours rester une fête", commente le ministre.

"Nous ne pouvons pas relativiser ces faits", a quant à lui déclaré Sven Gatz (open Vld), ministre flamand compétent pour Bruxelles, sur le plateau de Zevende Dag sur Eén. Il espère que les auteurs seront rapidement identifiés grâce aux caméras de surveillance et qu'ils seront poursuivis.

Jan Jambon on Twitter

Agression inacceptable ds centre BXL. Le vivre-ensemble implique le respect, aussi pr policiers qui s'engagent pr notre sécurité nuit & jour

didier reynders on Twitter

Je condamne les émeutes, les destructions de biens et d'équipements au centre de #Bruxelles. Le football doit toujours rester une fête #respect #fairplay

Par: rédaction 12/11/17 - 11h55