Uccle jette ses mégots par terre

© Commune d'Uccle.

La commune bruxelloise vient d'installer ses premiers cendriers de sol. Limités à une quinzaine dans un premier temps, ces cendriers spécifiques pourraient bien se multiplier un peu partout sur le territoire ucclois si le test s'avère concluant.

La commune d'Uccle poursuit sa lutte antipollution et plus spécifiquement contre le fléau des mégots jetés presque mécaniquement dans la rue. Pour l'une des communes les plus vertes de la capitale, la propreté publique revêt une importance toute particulière. Dès lors, voir ses rues et ses trottoirs innondés de mégots plus ou moins froids fait tache, au sens propre comme au figuré.

Afin d'inciter les fumeurs à abandonner cette vilaine habitude, la commune vient d'installer ses deux premiers cendriers de sol ce jeudi à l'entrée du Centre culturel, en lisière du parc de Wolvendael. Treize autres cendriers de ce type seront prochainement disséminés à divers endroits du territoire ucclois, notamment à proximité des écoles secondaires d'Uccle 1 et de Notre-dame des Champs, des gares ou encore du crématorium. Uccle s'aligne entre autres sur la commune de Saint-Josse. En Wallonie, des dispositifs semblables ont notamment été testés à Namur et Charleroi.

Une incivilité particulièrement néfaste pour l'environnement
"Le cendrier peut contenir plusieurs centaines de mégots, voire des milliers et est placé à des endroits de la voirie communale qui répondent aux exigences techniques et de sécurité telles que des trottoirs assez larges pour ne pas entraver le passage des piétons ou encore l'absence d'impétrants", indique la commune.

Cet investissement s'inscrit dans la continuité des actions de sensibilisation entreprises par la commune contre le jet de mégots de cigarettes dans la rue. Cendriers muraux, portables et désormais de sol: Uccle est bien décidée à venir à bout de cette incivilité particulièrement néfaste pour l'environnement. Toxiques et non biodégradables, les mégots mettent plusieurs années à se décomposer et libèrent une quantité de produits chimiques dans la nature.

Jeter son mégot par terre: oui, mais au bon endroit
Dotés d'une capacité accrue, les cendriers de sol s'intègrent également mieux dans le paysage urbain, commente l'échevine uccloise de la Propreté Carine Gol-Lescot (MR). L'élue libérale avance également l'économie d'argent public puisque le travail des agents de propreté en ressort facilité. Autre avantage, et il n'est pas anodin: le geste du fumeur peu scrupuleux demeure inchangé. D'ailleurs, il n'est pas question de les stigmatiser. "Il convient avant tout de proposer une alternative", souligne Mme Carine Gol-Lescot.

Pour les fumeurs moins avertis, sachez tout de même que jeter son mégot dans la rue peut vous coûter cher. Un geste qui peut valoir une amende administrative de 80 à 250 euros pour les récidivistes.

Maxime Czupryk 13/01/18 - 08h00