Poutou pris à partie par des policiers pour ses propos en plein attentat

© France TV.

Au moment de la fusillade des Champs-Elysées, le souhait du candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste de désarmer les policiers est mal passé. Son intervention dans l'émission "15 minutes pour convaincre" a suscité de nombreuses critiques, des internautes, mais également des policiers.

Etrange soirée jeudi à Paris. Au moment où la France subissait un nouvel acte terroriste sur les Champs-Elysées, qui a coûté la vie à un policier et qui en a blessé deux autres, les candidats à la présidentielle se trouvaient sur le plateau de "15 minutes pour convaincre" de France 2.

Après le passage de Nicolas Dupont-Aignan et juste avant l'arrivée de Philippe Poutou, David Pujadas interrompt l'émission et informe les spectateurs de la mort d'un policier. Un drame dont le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste ne semble pas avoir pris la mesure, car quelques minutes plus tard, il insiste sur un point de son programme qui prévoit de désarmer les forces de l'ordre pour lutter, notamment, contre les dérives lors de manifestations (voir vidéo à partir de 11min50sec).

"On a vu ce qu'il s'est passé lors des manifestations de la loi Travail, il y a des agressions de la police", dénonce-t-il avant d'évoquer "la répression policière dans les quartiers, avec 10 à 15 jeunes qui sont tués sous les coups de la police chaque année".

Philippe Poutou dans "15 minutes pour convaincre" sur France 2

C'est au tour de Philippe Poutou de prendre place autour de la table. Le candidat de Debout la France est crédité de 1,5 % des intentions de vote dans le sondage Harris. Le dimanche 23 avril, les Français sont invités à se rendre aux urnes pour élire le prochain président de la République.

"Ils agressent les manifs, les jeunes"
Une prise de position inappropriée au regard des événements mais qui pouvait s'expliquer par un manque d'informations et l'hypothèse d'un vol à main armée qui a mal tourné. Or, quinze minutes plus tard (soit 40 minutes après l'annonce de la fusillade), le community manager de Poutou réitère ses propos sur Twitter. 

"La police au contact de la population n'a pas besoin d'être armée" ou "On vt désarmer les policiers car ils agressent les manifs, les jeunes et les quartiers populaires". Ces deux tweets ont mis le feu au poudre sur la plateforme de microblogging et ont généré plus de 800 réponses négatives. "Indécence", "Pas trop honte?", "Un policier est mort et tu oses écrire ça?", pouvait-on lire notamment.

Philippe Poutou on Twitter

On vt désarmer les policiers car ils agressent les manifs, les jeunes et les #quartierspopulaires. #JeVotePoutou #15minutesPourConvaincre

Philippe Poutou on Twitter

La police au contact de la population n'a pas besoin d'être armée ! #JeVotePoutou #15minutesPourConvaincre

Christophe BARBOSA on Twitter

vismavie : #Poutou devrait passer une journée dans la peau d'un policier en banlieue. #15minutesPourConvaincre c'est 15 minutes de trop !

"Enculé! Ordure!"

En fin d'émission, Poutou a tenté de rattraper la situation. "Je vais évidemment commencer par l'actualité dramatique du jour, la mort de ce policier, pour dire que nous aussi, on est attristés", lance-t-il, avant de poursuivre.

"Je voudrais dire que la luttre contre le terrorisme, c'est d'abord la lutte contre la politique française à l'international et il y a un soutien à exprimer d'urgence aux populations du Moyen-Orient qui sont victimes de la dictature de Bachar al-Assad". Selon le témoignage du chercheur Julien Salingue, l'ouvrier bordelais a été pris à partie par les policiers à sa sortie des studios.

"On a besoin de nos armes, enculé, ordure!", lui auraient lancé des policiers en uniforme chargés de la sécurité des lieux. Poutou s'est contenté de retweeter la publication de Salingue. Sans autre commentaire.

Julien Salingue on Twitter

À la sortie du débat de France 2, Philippe Poutou pris à partie par des policiers en uniforme : "On a besoin de nos armes, enculé, ordure !

Par: rédaction 21/04/17 - 09h33