Menace d'attentat pendant Belgique - Japon

© epa.

Peu avant le coup d'envoi du match entre la Belgique et le Japon, la police de Bruges a été avertie par ses collègues de Bruxelles qu'il était possible qu'un attentat ait lieu pendant la rencontre. Une information confirmée par la police brugeoise à Het Laatste Nieuws.

"Le signalement était considéré comme crédible. Un contact a été établi avec l'OCAM qui a demandé une analyse urgente de la menace", explique le chef de corps de la police de Bruges, Dirk Van Nuffel.

"Ce n'est que pendant le match que nous avons appris qu'il n'y avait pas de menace concrète. En accord avec les organisateurs et le bourgmestre de Bruges, il a été décidé de ne pas alarmer le public mais de resserer les contrôles autour du stade. Nous avons utilisé des détecteurs de métaux et des maîtres-chiens pour la fouille des supporters. Des policiers armés se sont aussi positionnés à des endroits stratégiques. Tout s'est finalement déroulé dans le calme."

Les supporters n'ont jamais été en danger
"Une heure avant le match, nous n'étions pas sûrs que cette rencontre allait se tenir", a précisé Stefan Van Loock, le responsable presse de l'Union Belge. La fédération précise que le public n'a jamais été mis en danger.

Ces contrôles renforcés ont provoqué le retard de nombreux supporters au stade, entre 5.000 et 8.000 selon les estimations, qui ont raté le coup d'envoi du match. L'évacuation du stade après la rencontre s'est déroulée de manière optimale.

Par: rédaction 14/11/17 - 23h36